In memoriam Jacqueline M.C. Thomas

Jacqueline M.C. Thomas sur le terrain en 1970. Cliché prêté à Saint-Martin-au-Bosc le 11/10/2016 (©collection familiale Bouquiaux-Thomas)

Avec Anne Behaghel-Dindorf, nous avions pensé qu’il serait opportun de lui rendre hommage de son vivant et outre l’ouvrage qui avait été fait en son temps en son honneur (Motte-Florac et Guarisma éds, 2004), nous avons proposé de fêter les 40 ans du LACITO par l’organisation d’un colloque international.

En organisant ces 40 ans du LACITO (trois jours de colloque international à Villejuif en novembre 2016), Jacqueline et Luc ne pouvaient pas quitter leur Normandie natale pour venir nous rejoindre, Lameen Souag et moi- même, coorganisateurs de l’événement, sommes allés à leur rencontre chez eux à Saint-Martin-au-Bosc et, avec l’aide de Franck Guillemain, l’entretien a été filmé [1].

Une demi-journée chez eux à échanger sur la fondation du LACITO, sa vision de la recherche ; de longs échanges qui furent extrêmement riches d’enseignement et qui ont donné un petit film de 10 minutes intitulé : Jacqueline M.C. Thomas, une vie consacrée à la recherche au LACiTO que Franck Guillemain et moi-même avons réalisé (https://www.canal-u.tv/chaines/cnrs-service-audiovisuel-d-ardis-uar2259/langues-et-civilisations-a-tradition-orale-lacito). Il fut diffusé en début de colloque.

Durant cette rencontre, elle nous rappela, ce qui était à l’origine de la création du LACITO, à savoir que :

« L’étude linguistique n’a de sens que fondée sur une connaissance très poussée de la culture où elle se situe de même que l’étude d’une société exige une parfaite maîtrise de la langue qu’elle pratique. »

Dans l’ouvrage Du terrain à la théorie. Les 40 ans du LACITO que Lameen Souag et moi-même avons édité (2020), Luc Bouquiaux et Jacqueline M.C. Thomas nous avaient livré un avant-propos sous forme de « Bilan de 40 ans de LACITO » (2020 : 9-13).

Il serait bon de s’en souvenir aujourd’hui.

Dans notre introduction commune, Bertrand Masquelier et moi-même avions refait une « Petite histoire du lacito » (in Leblic et Souag éds, 2020 : 15-34). Permettez-moi de reprendre quelques lignes ici (2016 : 15-16).


Petite histoire du LACITO

De sa fondation à aujourd’hui, le LACITO, né de la rencontre de deux personnages étonnants, Jacqueline M.C. Thomas et André-Georges Haudricourt, se présente comme l’un des lieux majeurs où le champ de l’ethnolinguistique française s’est constitué comme un domaine d’enquêtes et de théorisation. Jacqueline Thomas, linguiste et fondatrice du laboratoire Langues et civilisations à traditions orales (LACITO), s’est intéressée, dès la fin des années 1960, à un groupe de langues bantoues et oubanguiennes de Centrafrique. Elle y mena des recherches, inspirées de l’œuvre et de l’enseignement de Marcel Mauss dont André-Georges Haudricourt avait été l’élève, sur la description et la comparaison des langues, appréhendées dans leur contexte social et culturel. Sa réflexion eut aussi des implications sur la méthodologie de la description des langues à tradition orale.

« Pour bien comprendre les langues, il faut les appréhender
dans leur environnement social et culturel. » (Jacqueline M.C. Thomas)

Tel était le précepte de cette chercheure pour qui l’étude des langues ne peut se faire que dans la pluridisciplinarité. Ce fut la base du LACITO à sa création qui rassemblait autant de linguistes, que d’anthropologues, avec des ethnomusicologues ou autres spécialistes de l’étude de la nature tels que des agronomes ou botanistes ; cette complémentarité disciplinaire permettait de mieux saisir l’interaction entre phénomènes linguistiques et culturels. C’est dans cet esprit qu’avait été publié leur fameux guide d’enquête (Bouquiaux et Thomas éds, 1971), ouvrage collectif de 880 pages en 5 volumes, par ce qui était alors l’équipe de recherche 74 du CNRS – préfiguratrice du LACITO – qui est toujours la référence pour les chercheurs débutant leur terrain. Comme le signale Frédéric François :

« Cet ensemble constitue sans doute le guide à la fois le plus élaboré théoriquement
et le plus riche, disponible actuellement, dans le domaine de la description linguistique. […] L’intérêt pratique de l’ouvrage est donc évident d’autant plus qu’il compte une description précise des procédures d’enquête et de classement des documents. Mais il est également important pour le linguiste de voir que ceci s’accompagne d’une importante recherche théorique, consignée dans l’introduction, visant à préciser les procédures de découverte et en particulier l’ordre des opérations et les critères utilisés. » (1973 : 275-276)

Le LACITO fut, lors des premières créations de laboratoires au CNRS, l’un des premiers pour devenir une unité officielle (laboratoire propre ou LP [2]) en 1976, sous le nom qu’il porte encore aujourd’hui : Langues et civilisations à traditions orales. Comme le rappelle si justement ici Paulette Roulon-Doko qui fut partie prenante du LACITO dès le début :

« Dès la fin des années soixante, elle [Jacqueline] constitua une première équipe de recherches, l’ER 74, qui devint ensuite le groupe de recherches, le GR 32, pour aboutir en 1976 à la création du laboratoire LP 3121 nommé LACITO. » (Roulon-Doko, 2020 : 43)

Si Jacqueline M.C. Thomas et une partie des membres de départ étaient africanistes, le LACITO a tout de suite accueilli des spécialistes des langues et sociétés du monde entier et a été structuré en trois départements (Austro-Asie-Amériques, Afrique, Eurasie) et six thèmes (langues : description linguistique, langue dans le temps et l’espace ;  tradition orale : parlée [ethnolinguistique, ethnoscience, littérature orale] et musicologie ; sociolinguistique, contacts de langue, français régionaux ;  applications et transferts). Longtemps unité propre du CNRS (UPR 3121), le lacito devint en 2001, après deux années de formation de recherche en évolution ascendant (FRE 2204), une unité mixte (UMR 7107) [3], consolidant ses liens avec les universités – en particulier Paris 3 et Paris 4, remplacée en 2014 par l’INALCO.


Nous sommes nombreux à être redevables de leur vision de la recherche linguistique et anthropologique, et le départ de Jacqueline après celui de Luc, fait qu’une page se tourne, pas forcément pour le bien de nos disciplines.

Je reviendrais plus tard, étant actuellement en mission dans le Pacifique, sur les apports de Jacqueline et sur sa personne.

Fait à Pape’ete, le 9 octobre 2023,
Isabelle Leblic, anthropologue CNRS au LACITO
DRCE bientôt émérite

 

Jacqueline M.C. Thomas dans son bureau rue de Marseille à Paris (siège des éditions de la Selaf qu’elle avait créées). Cliché prêté à Saint-Martin-au-Bosc le 11/10/2016 (© collection familiale Bouquiaux-Thomas)

Références citées

Bouquiaux Luc & Jacqueline M. C. Thomas (éds), 1971. Enquête et description des langues à tradition orale, Paris, SELAF, Numéro spécial 1, 880 p.

Bouquiaux Luc et Jacqueline M.C. Thomas, 2020. Avant-propos. Bilan de 40 ans de lacito, in  Leblic Isabelle et Lameen Souag éds, Du terrain à la théorie. Les 40 ans du LACITO, Villejuif, LACITO-Publications, Hors Collection Anthropologie linguistique & Linguistique 1, pp. 9-13.

François Frédéric, 1973. CR de Enquête et description des langues à tradition orale, Journal de la Société des Africanistes 43-2, pp. 275-277 (https://www.persee.fr/doc/jafr_0037-9166_1973_num_43_2_1716_t1_0275_0000_).

Leblic Isabelle et Lameen Souag éds, 2020. Du terrain à la théorie. Les 40 ans du LACITO, Villejuif, LACITO-Publications, Hors Collection Anthropologie linguistique & Linguistique 1, 440 p.

Leblic Isabelle et Bertrand Masquelier, 2020. De l’ethnolinguistique à l’anthropologie linguistique au LACITO, in  Leblic Isabelle et Lameen Souag éds, Du terrain à la théorie. Les 40 ans du LACITO, Villejuif, LACITO-Publications, Hors Collection Anthropologie linguistique & Linguistique 1, pp. 15-34.

Motte-Florac Élisabeth & Gladys Guarisma (éds), 2004. Du Terrain au Cognitif. Linguistique, Ethnolinguistique, Ethnosciences – À Jacqueline M.C. Thomas, Leuven, Peeters, Numéros spéciaux 30, SELAF 417, 735 p.

Roulon-Doko Paulette, 2020. L’ethnolinguistique, une méthodologie développée par le lacito dès sa création, in  Leblic Isabelle et Lameen Souag éds, Du terrain à la théorie. Les 40 ans du LACITO, Villejuif, LACITO-Publications, Hors Collection Anthropologie linguistique & Linguistique 1, pp. 43-62.

[1] Par un pied de nez du calendrier, nous avions été les rencontrer  le 11 octobre 2016.

[2] LP pour laboratoire propre devenu UPR.

[3] Jusqu’en 2000, le LACITO était examiné tant par la section 34 « linguistique » que la section 38 « anthropologie » du CNRS. Devant la baisse des chercheurs anthropologues due aux départs en retraite ou dans d’autres laboratoires, il n’est plus depuis examiné qu’en 34. Espérons que de nouveaux recrutements en anthropologie permettront de redevenir aussi membre de la 38 à laquelle j’appartiens.

 



Citer ce billet
Isabelle Leblic (2023, 10 octobre). In memoriam Jacqueline M.C. Thomas. Les Carnets du LACITO. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpck

Isabelle Leblic

Anthropologue DRCE au CNRS-LACITO Co-fondatrice des LACITO-Publications et Co-Directrice de la collection Anthropologie linguistique et sociale de la parole des LACITO-Publications (depuis 2017) Chargée de mission par l’INSHS pour la mise en place d’un GIS Océanie Pacifique (depuis février 2023)

More Posts - Website

Cette entrée a été publiée dans Vie du LACITO le par .

À propos Isabelle Leblic

Anthropologue DRCE au CNRS-LACITO Co-fondatrice des LACITO-Publications et Co-Directrice de la collection Anthropologie linguistique et sociale de la parole des LACITO-Publications (depuis 2017) Chargée de mission par l’INSHS pour la mise en place d’un GIS Océanie Pacifique (depuis février 2023)

Une réflexion sur « In memoriam Jacqueline M.C. Thomas »

  1. Evangelia Adamou

    Je souhaite également rendre hommage à Jacqueline Thomas, une chercheuse dont l’esprit brillant et la détermination ont permis la création de notre laboratoire de recherche.

    Grâce à sa direction, le laboratoire est devenu un lieu où les recherches sur les langues du monde entier ont pu voir le jour.

    Jacqueline Thomas avait vu juste : les scientifiques occidentaux se doivent d’inclure l’étude de toutes les langues en collaboration étroite avec les communautés dans lesquelles elles sont parlées.

    Sa mémoire continuera à vivre à travers ses travaux de recherche ainsi que les vies qu’elle a influencées.

    Evangelia Adamou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.