In memoriam Georges Drettas

Nous venons d’apprendre la triste nouvelle du décès de Georges Drettas survenu le 28 octobre 2023. Les obsèques ont eu lieu le 9 novembre au Cimetière nouveau de Châtenay-Malabry. Sa disparition laisse un grand vide dans le monde académique mais son héritage intellectuel restera gravé dans nos mémoires.

Chercheur au CNRS (au LACITO puis au LMS), Georges Drettas a marqué de son empreinte les domaines de la linguistique et de l’ethnolinguistique. Sa vaste expertise s’étendait sur des aires géo-culturelles telles que la Grèce, la Turquie, l’Italie du Sud, l’Albanie, la Bulgarie, et Israël.

Georges Drettas était titulaire d’un Doctorat de IIIe cycle de l’Université Paris V René Descartes en 1978 avec une thèse intitulée « Les tissus rustiques dans les Balkans : typologie et lexique » et publiée en 1980, d’un Doctorat d’État ès Lettres et Sciences Humaines en 1993 avec une thèse intitulée « Aspects pontiques » et publiée en 1997 et d’une Habilitation à Diriger des Recherches de cette même université. Ses publications scientifiques pionnières ont éclairé entre autres notre compréhension du grec pontique, des variétés slaves parlées en Grèce, et du judéo-grec.

Georges Drettas était non seulement un érudit passionné mais aussi un être humain exceptionnel. Son humilité et sa gentillesse ont marqué celles et ceux qui ont eu la chance de le côtoyer. En septembre dernier, lors d’une conférence à Cambridge, une chercheuse disait de lui qu’il était « son héros ». En effet, ses travaux marquants continueront d’inspirer les chercheur.e.s dans les années à venir.

Lien vers sa page :  http://byzance.ehess.fr/document.php?id=128

Lien vers les enregistrements précieux de bulgaro-macédonien que Georges Drettas a réalisés en 1976 à Edessa, Grèce, puis transcrits, traduits et archivés sur Pangloss dans le cadre du projet ANR-DFG EuroSlav2010 « Base de données électronique de variétés slaves menacées dans des pays européens non slavophones » : https://pangloss.cnrs.fr/corpus/Bulgaro-Mac%C3%A9donien

Message de Frank Alvarez-Pereyre (voir commentaires)

Message de Micheline Lebarbier

Je connaissais bien Georges. Au LACITO, nous participions à la section Europe dirigée par Frank Alvarez-Pereyre, qui ensuite est devenue le département Eurasie. Nous avons collaboré plusieurs fois et sous  différentes formes à des publications. Je me souviens notamment du bel article qu’il avait offert au numéro « Diable(s) » des Cahiers de Littérature Orale que je dirigeais sur les représentations de Satan dans l’aire balkanique. Et il y eu bien bien d’autres collaborations (discussions, relectures de textes…).

Je me souviens surtout de notre voisinage rue de l’Amiral Mouchez. Un bureau avait été divisé en deux par une mince cloison et nous avions la même ligne téléphonique (avec deux postes tout de même !). Ce qui faisait que nous prenions en même temps les communications avant de savoir lequel de nous deux elles concernaient. Cette proximité nous a valu parfois des quiproquos amusants qui auraient pu être vécus de façon plus tendue avec tout autre que lui. Bien au contraire !Georges était, malgré son immense érudition,  d’une grande discrétion, d’une grande générosité intellectuelle et personnelle, et nos échanges professionnels avaient aussi pris un tour amical.

J’espère que son départ a été serein et entouré de ses proches.

Message de Prof. Ioanna Sitaridou 

It is with great sadness that I have learned of the passing of Georges Drettas, a scholar whom I never had the opportunity to meet but whose work I deeply admired. (Yes, it was I who, last September, referred to Drettas as ‘my hero’ during a talk on Romeyka at a conference in Cambridge, where my esteemed colleague Evangelia Adamou (see obituary note above) was also presenting.)

I plan to write a more comprehensive piece to honour and commemorate Drettas‘ significant contribution to the study of Pontic Greek.

In the meantime, I would like to pay special tribute to his grammar of Pontic Greek (Drettas, George. 1997. Aspects pontiques. Paris: Association de recherchespluridisciplinaires), which stands as a monumental contribution to the documentation and study of Pontic Greek. This is evident in its detailed descriptions of all grammatical phenomena, including syntax, which was not common at the time; accurate IPA transcriptions with morphemic glossing of all examples, the latter in great abundance, including narratives; an ethnographic approach in the collection of data that pays off in terms of the sophistication of the descriptions and explanations provided; and consistent description of the grammar of some family members, rather than a random or vague idealisation of (a) speaker(s). Not to mention his revolutionary view on Pontic Greek as a language rather than a dialect.

Additionally, I would like to add some more personal elements of affinity, such as the fact that the foremother of his informants came from my paternal village, namely Xuturá, and the references to the great masters of French structuralism on which I had extensive training during my first degree.

For all these reasons Drettas‘ loss is a true loss, but I take solace each time I read his grammar.

Professor Ioanna Sitaridou

University of Cambridge and Queens’ College

www.romeyka.org



Citer ce billet
Evangelia Adamou (2023, 15 novembre). In memoriam Georges Drettas. Les Carnets du LACITO. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qpcl

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website

2 réflexions sur « In memoriam Georges Drettas »

  1. Yves MONINO

    Georges, tu vas beaucoup nous manquer, avec ta gentillesse, ta modestie et ton immense érudition. Nous n’étions pas sur les mêmes terrains, mais une amitié nous unissait tant dans la recherche que dans de nombreux domains.
    Mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

    Répondre
  2. Frank Alvarez-Pereyre

    Hommage à Georges Drettas
    Rencontré très tôt pour ce qui me concerne – c’était durant l’année universitaire 1973-1974, dans le cadre de la « Formation à la recherche anthropologique » instituée au sein de l’EHESS –, Georges Drettas aura été très rapidement l’un des artisans majeurs, lors de la naissance du Lacito en mars 1976, d’une Section Europe dont Jacqueline Thomas avait rapidement compris la pertinence, une fois avertie du fait que la posture et les démarches de l’ethnolinguistique pouvaient représenter un tournant très significatif dans l’approche et la connaissance des terrains européens. En effet, il se disait assez souvent à leur propos qu’il n’y avait plus rien à découvrir, les immenses contributions de la dialectologie et les puissantes traditions de recherche sur le folklore ayant enseigné semblait-il tout ce qu’il y avait à savoir pour cette vaste région du monde.
    De 1976 jusqu’à la création du LMS tout début 2000 et pour quelques années encore, parmi les collègues occupés sur différents continents, Georges sera resté un exemple vite reconnu de vertu scientifique et humaine, une autorité sur les terrains balkaniques, une source d’inspiration incontournable pour ce qui est de divers aspects centraux de la linguistique générale, de l’anthropologie générale, bien au-delà de ses terrains de prédilection. Qu’il s’agisse de ses thèses de doctorat, qu’il s’agisse de ses très nombreuses contributions sur des sujets très variés et toujours très méthodiquement éclairés d’un jour nouveau, Georges Drettas aura résolument montré les bienfaits d’une linguistique descriptive menée en toute rigueur, toute la valeur d’une anthropologie au fort caractère monographique, les ouvertures insoupçonnables que permet une interdisciplinarité qui s’ancre dans une articulation souple et rigoureuse à la fois des disciplines entre elles, qui s’appuie sur une nécessaire épistémologie pratique, mais également, sur une capacité à conjuguer constamment le regard synchronique et la dimension diachronique.
    Au sein du LMS, Georges Drettas aura poursuivi dans l’excellence et jusqu’au bout de sa carrière, ce qu’il avait posé méthodiquement et assumé, pour lui et tout autre, durant ses vingt-cinq années d’activité au Lacito : une personnalité d’une immense culture, d’une discrétion dénuée de toute pose, dont l’érudition ample et d’une incontestable sûreté était fondamentalement justifiée par une humilité et un respect profondément ancrés pour les faits humains, par la nécessité de ne pas brutaliser le terrain, l’histoire de ces terrains, leur constante complexité, les êtres qui les peuplent, qui les constituent. Les apports théoriques de Georges Drettas – sur les théoriciens allemands des champs sémantiques, sur la notion de diglossie, sur la signature théorique décisive que Jacqueline Thomas introduisit dans la description des langues à tradition orale au nom de la linguistique générale, et sur bien d’autres sujets encore – tout cela était également mené au nom de cette nécessaire humilité : cette fois-ci au titre de l’exercice de la pensée scientifique et du respect que cet exercice se doit de marquer face à la problématique de la connaissance considérée en tant que telle, mais également comme phénomène social.
    Georges Drettas aura eu des mentors d’une très haute valeur intellectuelle et humaine, parmi lesquels il faut mentionner André-Georges Haudricourt et Isac Chiva (ce dernier, directeur d’étude à l’EHESS au titre de l’Ethnologie rurale européenne et bras droit de Claude Lévi-Strauss à la direction du Laboratoire d’anthropologie sociale). Georges Drettas était très discret à ce sujet, d’une grande intensité intérieure à leur propos toutefois, pour peu que l’on ait été témoin de certaines des marques publiques, ou privées, de telles connivences, de sa déférence à l’égard de tels maîtres, de ce que ses maitres pouvaient grandement apprécier chez notre collègue, aussi. Le discours que Georges Drettas prononça lorsque la structure des laboratoires regroupés à Villejuif prit le nom de Centre André-Georges Haudricourt restera un souvenir très vif et durable, le portrait du maître par l’élève ayant été d’une tenue particulièrement remarquée.
    Pour sa part, en tant que pédagogue, Georges Drettas n’aura pas ménagé ses efforts, n’aura pas cessé d’être disponible et de marquer les esprits, au sein de divers parcours d’enseignement de type académique, d’institutions muséales, de sociétés savantes, dans le cadre de nombreux colloques et conférences, ou encore au sein des différents programmes de recherche où il aura toujours été un partenaire de premier plan. Il sera resté jusqu’au bout disponible pour transmettre, pour rendre sensible, pour stimuler, pour ouvrir des horizons amples et novateurs, pour montrer une voie de rigueur, d’attention, d’intensité contenue, de respect.

    Frank Alvarez-Pereyre
    Directeur de recherche émérite au CNRS
    UMR 7206 Eco-Anthropologie (MNHN, CNRS, Université Paris Cité)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.