Comité d’éthique du CNRS : POUR LA PUBLICATION DES DONNEES

Quel plaisir de lire dans un rapport du Comité d’éthique du CNRS des recommandations qui font écho aux murmures de collègues dans la communauté des linguistes. Voici ce que disait en 2013 Stephen Morey, répondant à un message de Guillaume Jacques, dans le cadre d’un échange dans un forum des sino-tibétanistes:

Thank you Guillaume for pointing out that:

« Thus, I think that our community should value more the production of dictionaries and text collections including translations in the local national languages, not just in English (or even only in the local languages, without English), even if this kind of publication never get cited. Citation-based evaluation of academic productivity has a highly detrimental effect on the field, and evaluators should really make a special case for non-English publications intended for speakers of the endangered languages. »

Here in Australia, the Australian Linguistics Society has set up a subcommittee to work out ways by which text corpora – annotated, analysed and curated – can be assessed and counted as research output just as articles in journals are. This follows on the recognition of the scholarly merit of Language Documentation by the Linguistics Society of America in 2010.

Once academics can get credit for this kind of work, we’ll be able to put more time into it and this will be of benefit to communities in the long run as well.

Et voici ce que souligne le Comité d’éthique :

Au-delà d’un appel au sens des responsabilités des chercheurs , il est indispensable d’agir sur les causes profondes qui ont progressivement perverti le système des publications (…). Il faut envisager des méthodes de prévention pour que diminue la fréquence des écarts à l’intégrité. Une idée utile (…) serait de rendre systématiquement accessible, en même temps que la publication, les données brutes dont sont tirés les résultats publiés . La publication trop hâtive sans vérification de reproductibilité s’en trouverait limitée et la possibilité de falsification volontaire serait réduite. De plus la vérification par des experts, en cas de soupçon, serait grandement facilitée. Certains éditeurs (…), soucieux d’éviter les rétractations, commencent d’ailleurs à l’imposer. Ceci n’est pas possible pour tous les domaines et de telles mesures impliquent de lever certains obstacles. Elles supposent en outre que les données communiquées soient fournies sous une forme suffisamment compréhensible par un autre spécialiste. Rendre les données partageables représente un réel travail supplémentaire. Le COMETS suggère qu’il soit pris en compte positivement dans l’évaluation des chercheurs qui prennent le temps de rendre accessibles leurs données brutes. Le COMETS a déjà recommandé leur publication dans un avis de 2015 «Les enjeux éthiques du partage des données scientifiques».

(p. 7 du rapport du Comité d’éthique LE CNRS FACE AUX ECARTS A L’INTEGRITE SCIENTIFIQUE)

Dans le contexte de l’Open Science, le COMETS suggère que le CNRS encourage fortement les chercheurs à faciliter l’accès aux données brutes sur lesquelles reposent les résultats qu’ils publient. Le COMETS rappelle l’importance pour le CNRS de contribuer à faire baisser la pression à la multiplication des publications pour l’ensemble de ses chercheurs.

(p. 9 du rapport LE CNRS FACE AUX ECARTS A L’INTEGRITE SCIENTIFIQUE)

Une chance extraordinaire qu’offre aux linguistes le statut de chercheur au CNRS est qu’il permet de prendre le temps de « cultiver son jardin » dans la Collection Pangloss (construire au fil du temps un ensemble documentaire fiable et abondant) et de laisser mûrir des travaux approfondis. L’auteur d’une monographie (tiens, au hasard : mon premier livre!) espère bien sûr que l’ouvrage fasse date, et reste utile pendant longtemps, mais les publications ont vocation à être dépassées, en mieux, par les travaux des successeurs. Dans le cas des langues menacées étudiées dans les laboratoires du centre Haudricourt, les données primaires, elles, n’ont pas de date de péremption: elles seules permettent la poursuite des recherches quand les langues et traditions orales s’effacent, remplacées par des langues plus prestigieuses (telles que les langues nationales propagées par l’enseignement et les média).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *