Archives de l’auteur : Evangelia Adamou

À propos Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

In memoriam Georges Drettas

Nous venons d’apprendre la triste nouvelle du décès de Georges Drettas survenu le 28 octobre 2023. Les obsèques ont eu lieu le 9 novembre au Cimetière nouveau de Châtenay-Malabry. Sa disparition laisse un grand vide dans le monde académique mais son héritage intellectuel restera gravé dans nos mémoires.

Chercheur au CNRS (au LACITO puis au LMS), Georges Drettas a marqué de son empreinte les domaines de la linguistique et de l’ethnolinguistique. Sa vaste expertise s’étendait sur des aires géo-culturelles telles que la Grèce, la Turquie, l’Italie du Sud, l’Albanie, la Bulgarie, et Israël.

Georges Drettas était titulaire d’un Doctorat de IIIe cycle de l’Université Paris V René Descartes en 1978 avec une thèse intitulée « Les tissus rustiques dans les Balkans : typologie et lexique » et publiée en 1980, d’un Doctorat d’État ès Lettres et Sciences Humaines en 1993 avec une thèse intitulée « Aspects pontiques » et publiée en 1997 et d’une Habilitation à Diriger des Recherches de cette même université. Ses publications scientifiques pionnières ont éclairé entre autres notre compréhension du grec pontique, des variétés slaves parlées en Grèce, et du judéo-grec.

Georges Drettas était non seulement un érudit passionné mais aussi un être humain exceptionnel. Son humilité et sa gentillesse ont marqué celles et ceux qui ont eu la chance de le côtoyer. En septembre dernier, lors d’une conférence à Cambridge, une chercheuse disait de lui qu’il était « son héros ». En effet, ses travaux marquants continueront d’inspirer les chercheur.e.s dans les années à venir.

Lien vers sa page :  http://byzance.ehess.fr/document.php?id=128

Lien vers les enregistrements précieux de bulgaro-macédonien que Georges Drettas a réalisés en 1976 à Edessa, Grèce, puis transcrits, traduits et archivés sur Pangloss dans le cadre du projet ANR-DFG EuroSlav2010 « Base de données électronique de variétés slaves menacées dans des pays européens non slavophones » : https://pangloss.cnrs.fr/corpus/Bulgaro-Mac%C3%A9donien

Message de Frank Alvarez-Pereyre (voir commentaires)

Message de Micheline Lebarbier

Je connaissais bien Georges. Au LACITO, nous participions à la section Europe dirigée par Frank Alvarez-Pereyre, qui ensuite est devenue le département Eurasie. Nous avons collaboré plusieurs fois et sous  différentes formes à des publications. Je me souviens notamment du bel article qu’il avait offert au numéro « Diable(s) » des Cahiers de Littérature Orale que je dirigeais sur les représentations de Satan dans l’aire balkanique. Et il y eu bien bien d’autres collaborations (discussions, relectures de textes…).

Je me souviens surtout de notre voisinage rue de l’Amiral Mouchez. Un bureau avait été divisé en deux par une mince cloison et nous avions la même ligne téléphonique (avec deux postes tout de même !). Ce qui faisait que nous prenions en même temps les communications avant de savoir lequel de nous deux elles concernaient. Cette proximité nous a valu parfois des quiproquos amusants qui auraient pu être vécus de façon plus tendue avec tout autre que lui. Bien au contraire !Georges était, malgré son immense érudition,  d’une grande discrétion, d’une grande générosité intellectuelle et personnelle, et nos échanges professionnels avaient aussi pris un tour amical.

J’espère que son départ a été serein et entouré de ses proches.

Message de Prof. Ioanna Sitaridou 

It is with great sadness that I have learned of the passing of Georges Drettas, a scholar whom I never had the opportunity to meet but whose work I deeply admired. (Yes, it was I who, last September, referred to Drettas as ‘my hero’ during a talk on Romeyka at a conference in Cambridge, where my esteemed colleague Evangelia Adamou (see obituary note above) was also presenting.)

I plan to write a more comprehensive piece to honour and commemorate Drettas‘ significant contribution to the study of Pontic Greek.

In the meantime, I would like to pay special tribute to his grammar of Pontic Greek (Drettas, George. 1997. Aspects pontiques. Paris: Association de recherchespluridisciplinaires), which stands as a monumental contribution to the documentation and study of Pontic Greek. This is evident in its detailed descriptions of all grammatical phenomena, including syntax, which was not common at the time; accurate IPA transcriptions with morphemic glossing of all examples, the latter in great abundance, including narratives; an ethnographic approach in the collection of data that pays off in terms of the sophistication of the descriptions and explanations provided; and consistent description of the grammar of some family members, rather than a random or vague idealisation of (a) speaker(s). Not to mention his revolutionary view on Pontic Greek as a language rather than a dialect.

Additionally, I would like to add some more personal elements of affinity, such as the fact that the foremother of his informants came from my paternal village, namely Xuturá, and the references to the great masters of French structuralism on which I had extensive training during my first degree.

For all these reasons Drettas‘ loss is a true loss, but I take solace each time I read his grammar.

Professor Ioanna Sitaridou

University of Cambridge and Queens’ College

www.romeyka.org

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website

The Sebeok-Love Award for the best article in language science 2019

I am delighted to announce that the article co-authored with Erendira Calderon and Stefano De Pascale, “How to speak ‘geocentric’ in an ‘egocentric’ language: A multimodal study among Ngigua-Spanish bilinguals and Spanish monolinguals in a rural community of Mexico” (Language Sciences, Volume 74, pages 24–46), has been awarded the Sebeok-Love Award in 2019 together with Andrew Davidson’s article “Writing: the re-construction of language” (Language Sciences, Volume 72, pages 134–149).

The editorial board of Language Sciences said that our article “is an excellent and ground-breaking empirical investigation of bilinguals and monolinguals in the same rural community in Mexico.”

They added: “Calderón, De Pascale and Adamou bring together research on linguistic relativity, multilingualism and multimodality, in an intriguing study of practices in a rural community in Mexico. Some speakers in this community are bilingual (in both Ngigua and in Spanish), while others are monolingual Spanish speakers. This quantitative research investigates whether there are differences between these groups in terms of their use of geocentric vs. egocentric conceptualisations of space. They demonstrate that the monolingual Spanish speakers still preserve aspects of the Ngigua spatial conceptualisations, despite the ongoing language shift in the community. It is a fascinating article which touches on a number of crucial topics in the language sciences.”

We thank once again the Ngigua participants in our study for their collaboration. We will make sure that the community will receive the small financial prize that comes with the award in support of their efforts to deal with the pandemic. 

 

 

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website

Participatory digital storytelling among Roma youth in Greece

This is a LabEx Empirical Foundations of Linguistics outreach project that I conducted  in collaboration with the Greek NGO “Caravan Project” and the local Romani NGO “Hope”.

Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website

Mon brain se fatigue quand I switch d’une language à l’autre

Eh oui ! On imagine bien que quand on passe d’une langue à l’autre cela doit représenter une lourde charge cognitive. C’est en tout cas ce que de nombreuses études démontrent.

Mais que se passe-t-il pour les personnes qui vivent dans des communautés bilingues dans lesquelles cette alternance est la façon neutre, ordinaire, de communiquer ?

C’est ce que nous avons voulu tester en étudiant ce que font les Roms de Thrace (Grèce), des multilingues virtuoses, qui outre le grec parlent quotidiennement le romani et le turc depuis plusieurs siècles. Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website

Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis directrice de recherche au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur des langues en danger parlées dans les Balkans et en Amérique Latine.

More Posts - Website