Archives de catégorie : Carnets de terrain

Les noms propres sont-ils des noms ?

Quand vous abordez un « terrain nouveau », une partie essentielle de votre activité ne consiste pas d’abord à distinguer les imparfaits des résultatifs, mais à apprendre les noms des endroits et des gens. Si « Pierre de le rue du Moulin » est un personnage important, mort ou vivant, vous ne comprendrez pas le village avant de savoir qui est ce Pierre et où il habite, ou habitait. A Paris si vous ne savez pas où est la Coupole, c’est ennuyeux, même s’il y en a deux.

La même chose exactement se vérifie partout, chez les Eskimos, les Toulousains, à Florence ou à Vienne. Si, à Vienne, vous hésitez sur les rues qui mènent au Musée des Papillons, ou si à Florence, vous ignorez que le bus 7 part de la place San Marco, eh bien vous n’êtes pas du coin. De même à Rupa (un bourg à l’est du Bhoutan), si vous ne savez pas la différence entre Thük-khong et Thük-bao (deux quartiers anciens, très distincts pour tout le monde), les gens sérieux vous regarderont avec méfiance. Même si vous parlez en guarani ou en français, mais que vous savez la différence entre Thük-khong et Thük-bao et d’où part le bus 7, tout va bien. Vous êtes du coin.

Les noms propres, paradoxalement, sont « extra-territoriaux ». Si vous parlez seulement trois mots de français parce que vous arrivez de la Pologne, mais que vous connaissez le nom et l’adresse des gens dont vous en a parlé là-bas, à l’est de Lodz ; ou si si c’est du sud de Rabat, si vous venez du fond du Maroc : si vous connaissez les bons noms propres des lieux et des gens, ça va. Je  suis en train de parler de choses sérieuses. Le nom propre est un peu sur les marges de la linguistique, ou plutôt il est à la fois dans la langue et sur son rebord en effet. Mais le fait qu’il parle aussi du rebord dangereux n’oblige pas à l’exclure de l’usage des langues.

Il y a un autre point délicat avec les noms propres : ils disent les vivants et les morts. Ils sont souvent, sur la tombe, le dernier nom qui reste. Mais peut-on parler des vivants si l’on ne sait pas parler des morts ? Chaque nom propre est comme un mot de passe. De même que ce sont les mots qu’il faut apprendre tout de suite, de même ce sont ceux qui restent à la fin.

Florence, le 7 septembre 2018.

Haudricourt

André-Georges Haudricourt était un ingénieur agronome, passionné des plantes et de leur histoire, qui s’est ensuite intéressé aux noms qu’elles portent, puis à la linguistique historique. C’était un esprit indépendant, et respecté. A la fin de sa vie, sa notoriété était très grande ; des savants dans le monde entier prononçaient son nom et son adresse comme un mot de passe. Continuer la lecture

Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.
Continuer la lecture

dpiekut

David PIEKUT Linguistique descriptive et typologique PhD Student École Pratique des Hautes Études (EPHE) Paris, Sciences & Lettres (PSL) LACITO-CNRS

More Posts

Mon brain se fatigue quand I switch d’une language à l’autre

Eh oui ! On imagine bien que quand on passe d’une langue à l’autre cela doit représenter une lourde charge cognitive. C’est en tout cas ce que de nombreuses études démontrent.

Mais que se passe-t-il pour les personnes qui vivent dans des communautés bilingues dans lesquelles cette alternance est la façon neutre, ordinaire, de communiquer ?

C’est ce que nous avons voulu tester en étudiant ce que font les Roms de Thrace (Grèce), des multilingues virtuoses, qui outre le grec parlent quotidiennement le romani et le turc depuis plusieurs siècles. Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

Nouvelle photothèque du LACITO

Le LACITO est un laboratoire dédié au son, mais pas seulement. Il compte désormais une base de données photographiques d’environ 200 photos de terrain, documentées, et classées par pays (26 collections) – ainsi qu’une exposition virtuelle sur les 40 ans du LACITO. Cette photothèque est destinée à croître à l’avenir, alimentée par nos archives photographiques.

Vous êtes invités à consulter notre photothèque à l’adresse suivante :

http://lacito.huma-num.fr/

photos-40

 

Comment éviter d’avoir trop de réverbérations lors d’enregistrements audio

Pour étudier les “petites langues” là où elles sont parlées, on a besoin de divers savoir-faire: techniques d’enquête linguistique, mais aussi le rudiment des techniques d’enregistrement audio et vidéo, et si possible quelques connaissances en botanique, en médecine… en plus d’une certaine expérience du dépaysement culturel, bien sûr. Côté technique, un enregistrement que l’on va passer des semaines et des mois à transcrire et étudier, et qui restera vraisemblablement comme l’une des seules traces de la langue étudiée, mérite bien quelques précautions pour qu’il soit bien audible. En particulier il est préférable d’enregistrer dans un local où il y ait le moins de réverbérations possibles.
Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

“Chercheurs à l’ouvrage” : inauguration d’une nouvelle série d’exposés au centre André-Georges Haudricourt

Cover for Tone in Yongning Na: Lexical tones and morphotonology

Le centre de documentation André-Georges Haudricourt de l’UPS 2259 – Cultures, Langues, Textes a le plaisir de vous inviter au premier exposé de la série “Chercheurs à l’ouvrage”.

Alexis Michaud (LACITO) présentera son livre Tone in Yongning Na: lexical tones and morphotonology (2017, Language Science Press).

 

Mardi 19 septembre
13h15-14h15
Salle de conférence du bâtiment D,
campus CNRS de Villejuif.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Continuer la lecture

Pouponnage et connivences : relations avec les « consultants », « informateurs », « collaborateurs », « profs »…

Pouponnage et connivences

Pouponnage et connivences. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012

Ma prof de langue na de Yongning, Mme Latami Dashilame, n’avait jamais quitté son village, sauf pour de rares et courtes visites alentours, jusqu’à ce qu’elle rejoigne en 2010 la ville de Lijiang pour s’occuper d’une de ses petites-filles, qui venait de naître. Provisoirement installé à Lijiang, j’y ai amené ma famille, dont une petite fille du même âge, qui y a gagné une compagne de jeux, et une figure grand-maternelle attentive. Lorsqu’on a la chance de pouvoir séjourner plusieurs mois chez les locuteurs ou dans leur voisinage immédiat, s’installent des relations plus personnelles et approfondies que lors des brèves enquêtes de terrain, dont les impératifs de rapidité peuvent entrer en conflit avec les habitudes et les attentes des collaborateurs (“informateurs”, “locuteurs”, “consultants”) et amis. Et pour qui apprend la langue na (aussi appelée “moso”), les phrases toutes simples adressées aux petits enfants sont merveilleuses de clarté.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Exposition photos du LACITO à la Maison de la Recherche

Vous vous souvenez sans doute de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LACITO”, présentée en novembre dernier sur le campus CNRS de Villejuif, à l’occasion du quarantenaire de notre laboratoire. Elle avait été préparée par Isabelle Leblic, avec l’aide d’Emmanuelle Laurent et de Fabrice Jejcic du Club Photo du CAES.

La direction du LACITO a souhaité que ces photographies connaissent une seconde vie. Ce sera le cas au cours des prochains mois, puisqu’elles seront désormais exposées à la Maison de la Recherche de l’université Paris III Sorbonne nouvelle, un bel édifice en plein Quartier Latin. Voilà une excellente nouvelle pour la visibilité de la linguistique de terrain auprès d’un public divers composé de personnels administratifs, enseignants, chercheurs, étudiants, de divers horizons. Nous remercions particulièrement M. Laurent Creton, directeur de la Maison de la Recherche, qui a permis la réalisation de ce projet ; ainsi que M. Patrice Roland, pour son aide précieuse dans l’organisation de cet événement.

Cette exposition inclut quarante photographies de terrain réalisées, sur les cinq continents, par les membres du LACITO d’hier et d’aujourd’hui : Evangelia Adamou, Laurent Fontaine, Alexandre François, François Jacquesson, Emmanuelle Laurent, Isabelle Leblic, Cécile Leguy, Bertrand Masquelier, Alexis Michaud, Claire Moyse, Samia Naïm, Catherine Paris, Vladimir Randa, Lameen Souag et Jacqueline Thomas.

Vous êtes tous conviés au vernissage, qui aura lieu la semaine prochaine :

Mardi 25 avril 2017
16h30 – 19h30
à la Maison de la Recherche
(hall principal)
4 rue des Irlandais – 75005 Paris  
RER Luxembourg​ ~ M° Cardinal Lemoine

L’exposition sera inaugurée par :

  • M. Laurent Cretondirecteur de la Maison de la Recherche,
    Président du Conseil Académique de Paris III
    Vice-Président de la Commission de la Recherche
  • Alexandre Françoislinguiste, directeur du LACITO
  • Isabelle Leblicanthropologue, créatrice de l’exposition et de son catalogue

En avant-première, vous pouvez télécharger le catalogue de l’exposition.
Nous vous proposerons une sélection de petits films présentant le travail du LACITO.
Des boissons et amuse-gueules seront servis.  Venez nombreux !

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nous sommes des stars, des stars en commun

Mes chers collègues, et cher public extérieur à la profession, voici encore un billet caustique. Caustique et gentil, vous allez voir. Comme les collègues le savent, nous devons pour chaque déplacement hors du bureau examiner une liste de « pays à risques », pour voir si notre destination s’y trouve. Elle s’y trouve souvent, parce que par profession nous allons où les gens ne vont pas d’habitude, et il existe une collusion entre ce qu’on ne connaît pas et ce qui fait peur. Nous sommes, par profession et parfois par vocation, des gens qui prenons des risques – non pas par provocation ou par forfanterie, mais parce que nous allons explorer ce qu’on ne connaît pas bien. C’est notre métier. Ce n’est pas propre à la linguistique ou à l’anthropologie ; les spéléologues ou les vulcanologues, par exemple, en font autant. Leur propos est différent bien entendu.

Si nous allons dans un « pays à risques », et que le service concerné donne son accord, en fonction de critères qu’il n’est pas tenu de formuler, nous recevons une liste de conseils ou d’injonctions. Parmi lesquels il y a la défense de prendre les transports en commun.

Continuer la lecture

Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Plus de photos, rien que des selfies !

Depuis une vingtaine d’années, nous voyons se répandre le précepte de ne rien publier sur une langue qui n’ait l’accord des gens qui la parlent. Ce précepte paraît si évident à certaines personnes qu’il s’est presque imposé dans les règlementations qu’on voit surgir, et sur lesquelles – quoiqu’il s’agisse du cœur de notre métier – on ne nous a pas demandé notre avis. Continuer la lecture

Language endangerment, social justice, and education in Oaxaca, Mexico

“Language is not a problem unless it is used as a basis for discrimination, but it has in fact been so used as far back as we have records.”
Einar Haugen, 1973, The Curse of Babel, p. 54

The equal value of all systems of communication is one of the fundamental principles of the disciplines of Linguistics and Anthropology, and is also recognized in multiple international declarations on human rights. Yet this concept remains far from accepted in daily social and political practices around the world. Language diversity is used as a basis for discrimination today as it has been throughout recorded history, as noted by Haugen in the classic quote above. Discrimination against the speakers of minoritized languages constitutes a key factor in language endangerment and shift. As a scholar in Education and Linguistics, my work focuses on drawing attention to the social inequalities created around Indigenous languages and exploring context-appropriate ways to resist and counter them. I am also especially interested in how education, as an important site of socialization, can counter or reproduce discrimination against certain speakers and languages.

IMG_20140712_152329


Diidxazá students displaying the learning materials they have created at the Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca, Tehuantepec campus Zapotec program.

During my doctoral research in the Isthmus of Tehuantepec, Oaxaca, Mexico (a 17-month ethnographic study conducted between 2013-2015), I met many people who had been influenced away from speaking their heritage language (in this case Diidxazá, or Isthmus Zapotec [zai]) due to the practices, discourses, and prejudices promoted in school settings. Although current official policy in Mexico recognizes the rights of Indigenous language speakers, there remains a great deal of work to do to change discriminatory practices on the ground. Through longitudinal observations and participation in Diidxazá education initiatives, I am attempting to understand the social dynamics within which endangered languages are used (or, increasingly, not used), and the influences of formal education in these processes.

Currently, I am excited to be a visiting researcher at LACITO while continuing to analyze data on the ethnolinguistic context in the Isthmus of Tehuantepec, in particular the discursive and metaphorical means through which Diidxazá communicative practices are (de)valued. It is also wonderful to have the opportunity to meet with Linguists and Anthropologists who work in many different parts of the world and to compare experiences and perspectives relative to language endangerment and ethnolinguistic research. Although it is daunting to note the frequency with which Indigenous language speakers are still subjected to discrimination around the world, there are many positive changes occuring through multilingual education and other human rights initiatives — and much more that can be done in the future.

Haley De Korne

I am an educator, ethnographer, linguist, and activist working in multilingual and minority language contexts. PhD Educational Linguistics, University of Pennsylvania (2016)

More Posts

Qui vient avant : la poule, le poisson ou le jaguar ?

Voici une question qui passionne les linguistes et les psychologues ! Les linguistes pensent que les mots de la langue, ex. droite et gauche, sont décisifs pour notre manière de mémoriser les relations spatiales. Les psychologues quant à eux pensent que l’environnement ou l’éducation sont plus importants que le lexique ou la grammaire de la langue que nous parlons.

Pour tester la relation entre la langue et la mémorisation de l’espace, j’ai mené une petite expérience auprès des Ixcatèques, des Amérindiens du Mexique. Les Ixcatèques ne parlent plus leur langue native, l’ixcatèque, mais j’ai eu la chance de décrire certains aspects de cette langue en travaillant avec les quatre derniers locuteurs. Ainsi nous savons qu’en ixcatèque, comme dans d’autres langues indigènes du Mexique, les termes « droite » et « gauche » n’existent pas ; on emploie plutôt des termes « haut/Nord » et « bas/Sud » y compris pour décrire l’emplacement de petits objets. En espagnol, au contraire, comme en français, on décrit le plus souvent l’emplacement des petits objets en employant les termes « droite » et « gauche ».

Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website