Archives de catégorie : Divers

L’Empire de la fraude et le nettoyage éthique

Les cas de fraude universitaire sont, parait-il, de plus en plus nombreux ; d’abord en raison du nombre croissant d’étudiants. Certains cas mettent en cause les enseignants en même temps que les étudiants. Concernant les étudiants, c’est maintenant une routine que de soumettre leurs travaux à des logiciels qui détectent les passages copiés mot pour mot. L’efficacité de la technique est relative, et à certains égards la technique dissimule de plus sombres problèmes.

Le 3 novembre, nous est parvenu l’un des courriels de Michelle Bergadaà qui, depuis Genève, poursuit ses efforts pour que les universités prennent la mesure du phénomène, démultiplié depuis la généralisation d’Internet puis des téléphones portables, etc. Elle signale cette fois les cas où les enseignants sont impliqués.  Continuer la lecture

Les voyelles et les oiseaux

Tantôt, par désoeuvrement et par intérêt, je regardais Du mouron pour les petits oiseaux, un film de Marcel Carné (1963), plutôt atypique, avec des dialogues de Jacques Sigurd, d’après un roman (1960) d’Albert Simonin, fils de fleuriste. Jacques Sigurd commença sa carrière de dialoguiste avec Dédé d’Anvers (1948) d’Yves Allegret, et avec une étonnante Simone Signoret. Vers la minute 40 du DVD, le truand Victor (Pierre Duncan), à la recherche de Monsieur Armand (Paul Meurisse) discute, à sa sortie de huit ans de taule, avec la patronne de ‘l’Aquarium’ (Dominique Davray). Elle lui raconte tous les changements.  Continuer la lecture

Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1].

Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent à des affiches de cinéma, et vantent deux choses : c’est facile à lire et c’est super original. Personne n’a jamais dit ça avant, c’est ground-breaking, ouvre des horizons, repousse les frontières, et c’est aussi facile à utiliser qu’un ouvre-boîte. C’est l’emphase du marchand sur le champ de foire, oui, mais ces excès ne sont pas indifférents : ils montrent que la nouveauté est difficile à cerner. Continuer la lecture

La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité.

Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du monde : avec science et élégance, profondeur et légèreté. Il s’agit des conversations entre Tullio de Mauro et Andrea Camilleri publiées sous le titre de La Langue bat où la dent fait mal.

Continuer la lecture

Colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO”

Dans le cadre de la célébration de son Quarantenaire, le LaCiTO vous convie tous au colloque international “Du terrain à la théorie — From field to theory”.  Ce colloque aura lieu les 15, 16, 17 novembre 2016, au campus CNRS de Villejuif (plan d’accès).

invitation_colloque_15-16-17nov_lacito-40_brightCette manifestation scientifique se déroulera sur trois journées thématiques, inaugurées par nos trois invités internationaux  (voyez leurs portraits ici) :

  • 15 nov:     Anthropologie linguistique et ethnolinguistique
    Invité:   Prof. Jan Blommaert   (Tilburg Univ., Pays-Bas)
  • 16 nov:     Comparatisme historique et typologique
    Invitée: Prof. Juliette Blevins     (City Univ. of New York)
  • 17 nov:     Description des langues
    Invitée: Assoc Prof Åshild Næss    (Univ. Oslo, Norvège)

Le colloque dans son ensemble sera inauguré mardi à 9h45 par M. Patrick Mounaud, Délégué Régional du CNRS — puis par la direction du LaCiTO, et par le Comité d’organisation.

Je vous invite à découvrir ici le riche programme de ces journées, qui compteront 31 exposés, pour un total de 40 intervenants – quarante intervenants, pour les quarante ans du LaCiTO.

Le colloque sera ouvert à tous, et l’entrée libre.

Si vous nous signalez dès maintenant votre intention de venir (en écrivant à lacitocnrs@gmail.com), votre entrée sur le campus en sera facilitée.

affiche_40-photos-40-ans_lacitoEnfin, nous vous convions également à l’inauguration de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LaCiTO qui ouvrira à la fin de la première journée, le mardi 15 novembre à partir de 18h, sur notre campus. Cette inauguration sera suivie d’un buffet dînatoire, ouvert à tous.

Venez nombreux célébrer avec nous la diversité des cultures et des langues !


Vous pouvez télécharger:

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le nouveau format de la culture (version 2)

Note éditoriale in fine !

Notons d’abord un phénomène rhétorique intéressant : si j’avais écrit en titre : « La culture : le nouveau format », je crois que la plupart des lecteurs l’auraient ressenti de façon positive, voire alléchante ; l’écrivant comme j’ai fait, le lecteur renifle le vieux style, et subodore un accent grincheux. Voyons voir !

  1. ‘Cultural studies’, a view from the neighbours (vues du même palier de l’immeuble)

L’accent en question vient de ma lecture du catalogue de l’éditeur Peter Lang. Je n’ai rien contre cet éditeur, qui est plus courageux que d’autres puisqu’il publie des livres dont les commerciaux ordinaires ont décidé d’avance qu’ils ne se vendront pas. Non, ce qui m’a retenu, c’est que parmi les chapitres de son catalogue, il y a « Cultural Studies ».

Continuer la lecture

Petite ode au LACITO

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.

maitevienne

C'est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d'écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d'édition. La poésie est mon champ d'investigation et d'expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour. Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook