Catégorie : Divers

Les noms propres sont-ils des noms ?

Quand vous abordez un « terrain nouveau », une partie essentielle de votre activité ne consiste pas d’abord à distinguer les imparfaits des résultatifs, mais à apprendre les noms des endroits et des gens. Si « Pierre de le rue du Moulin » est un personnage important, mort ou vivant, vous ne comprendrez pas le village avant de savoir qui est ce Pierre et où...

La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à...

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle. L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction...

Haudricourt

André-Georges Haudricourt était un ingénieur agronome, passionné des plantes et de leur histoire, qui s’est ensuite intéressé aux noms qu’elles portent, puis à la linguistique historique. C’était un esprit indépendant, et respecté. A la fin de sa vie, sa notoriété était très grande ; des savants dans le monde entier prononçaient son nom et son adresse comme un mot de passe. François JacquessonMore Posts

Les langues à mort

En 1947, Curzio Malaparte a publié Il Sole è cieco ‘Le soleil est aveugle’. Il l’avait publié en livraisons début 1941, dans la revue Tempo, avec trois chapitres censurés ; il n’avait qu’un manuscrit, et il n’a jamais pu retrouver le récit complet. C’est un récit du début de la guerre dans les Alpes, en 40. Les Alpins italiens étaient des gens de montagne, et le...

La grammaire et la vie

Un site où je dépose de courts essais sur le langage ou la sémiotique, à destination d’un public normal, m’envoie un message : “X recently added your paper to their mentions”. Dans ces systèmes qui brassent les infos, on ne sait jamais qui a fabriqué le message, et j’ai d’abord pensé à une erreur de grammaire, ou à une de ces phrases qui cherchent à...

L’Empire de la fraude et le nettoyage éthique

Les cas de fraude universitaire sont, parait-il, de plus en plus nombreux ; d’abord en raison du nombre croissant d’étudiants. Certains cas mettent en cause les enseignants en même temps que les étudiants. Concernant les étudiants, c’est maintenant une routine que de soumettre leurs travaux à des logiciels qui détectent les passages copiés mot pour mot. L’efficacité de la technique est relative, et à certains...

Les voyelles et les oiseaux

Tantôt, par désoeuvrement et par intérêt, je regardais Du mouron pour les petits oiseaux, un film de Marcel Carné (1963), plutôt atypique, avec des dialogues de Jacques Sigurd, d’après un roman (1960) d’Albert Simonin, fils de fleuriste. Jacques Sigurd commença sa carrière de dialoguiste avec Dédé d’Anvers (1948) d’Yves Allegret, et avec une étonnante Simone Signoret. Vers la minute 40 du DVD, le truand Victor...

Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1]. Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent...

La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité. Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du...

Colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO”

Dans le cadre de la célébration de son Quarantenaire, le LaCiTO vous convie tous au colloque international “Du terrain à la théorie — From field to theory”.  Ce colloque aura lieu les 15, 16, 17 novembre 2016, au campus CNRS de Villejuif (plan d’accès). Cette manifestation scientifique se déroulera sur trois journées thématiques, inaugurées par nos trois invités internationaux  (voyez leurs portraits ici) : 15 nov:     Anthropologie linguistique...

Le nouveau format de la culture (version 2)

Note éditoriale in fine ! Notons d’abord un phénomène rhétorique intéressant : si j’avais écrit en titre : « La culture : le nouveau format », je crois que la plupart des lecteurs l’auraient ressenti de façon positive, voire alléchante ; l’écrivant comme j’ai fait, le lecteur renifle le vieux style, et subodore un accent grincheux. Voyons voir ! ‘Cultural studies’, a view from the neighbours (vues du même palier de l’immeuble)...

Petite ode au LACITO

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ? Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il...

13 novembre 2015

Alexandre FrançoisLinguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.More Posts – Website – Twitter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search