Archives de catégorie : Langue et société

Les noms propres sont-ils des noms ?

Quand vous abordez un « terrain nouveau », une partie essentielle de votre activité ne consiste pas d’abord à distinguer les imparfaits des résultatifs, mais à apprendre les noms des endroits et des gens. Si « Pierre de le rue du Moulin » est un personnage important, mort ou vivant, vous ne comprendrez pas le village avant de savoir qui est ce Pierre et où il habite, ou habitait. A Paris si vous ne savez pas où est la Coupole, c’est ennuyeux, même s’il y en a deux.

La même chose exactement se vérifie partout, chez les Eskimos, les Toulousains, à Florence ou à Vienne. Si, à Vienne, vous hésitez sur les rues qui mènent au Musée des Papillons, ou si à Florence, vous ignorez que le bus 7 part de la place San Marco, eh bien vous n’êtes pas du coin. De même à Rupa (un bourg à l’est du Bhoutan), si vous ne savez pas la différence entre Thük-khong et Thük-bao (deux quartiers anciens, très distincts pour tout le monde), les gens sérieux vous regarderont avec méfiance. Même si vous parlez en guarani ou en français, mais que vous savez la différence entre Thük-khong et Thük-bao et d’où part le bus 7, tout va bien. Vous êtes du coin.

Les noms propres, paradoxalement, sont « extra-territoriaux ». Si vous parlez seulement trois mots de français parce que vous arrivez de la Pologne, mais que vous connaissez le nom et l’adresse des gens dont vous en a parlé là-bas, à l’est de Lodz ; ou si si c’est du sud de Rabat, si vous venez du fond du Maroc : si vous connaissez les bons noms propres des lieux et des gens, ça va. Je  suis en train de parler de choses sérieuses. Le nom propre est un peu sur les marges de la linguistique, ou plutôt il est à la fois dans la langue et sur son rebord en effet. Mais le fait qu’il parle aussi du rebord dangereux n’oblige pas à l’exclure de l’usage des langues.

Il y a un autre point délicat avec les noms propres : ils disent les vivants et les morts. Ils sont souvent, sur la tombe, le dernier nom qui reste. Mais peut-on parler des vivants si l’on ne sait pas parler des morts ? Chaque nom propre est comme un mot de passe. De même que ce sont les mots qu’il faut apprendre tout de suite, de même ce sont ceux qui restent à la fin.

Florence, le 7 septembre 2018.

La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à propos de ce mot. Elle a trouvé le texte d’un monsieur natif d’un village nommé Gaye, dans le sud du département de la Marne. Elle m’en a parlé, et je lui ai raconté qu’en effet, je connaissais le village, où j’étais allé en vélo quand j’avais dix ou douze ans : il était tout proche du village où était né mon père, Fère-Champenoise.

Continuer la lecture

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle.

L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction en français, c’est elle que je cite : « C’est une question de respect de l’identité nationale irlandaise. La question de la langue irlandaise est devenue un symbole de respect. »  Continuer la lecture

Hommage à Jean-Claude Rivierre (1938 – 2018)

En ce début d’année, le LaCiTO a perdu l’une de ses figures historiques. Le 5 janvier 2018, notre collègue et ami Jean-Claude Rivierre a été emporté par une crise cardiaque, dans sa 80ème année. De nombreux collègues – du LaCiTO ou d’ailleurs – lui ont rendu hommage jeudi 11 janvier, d’abord à Montreuil, puis dans le village de St-Julien-sur-Calonne (Calvados), où il a été inhumé parmi les siens.
Né en 1938, Jean-Claude Rivierre était l’un des plus anciens membres du LaCiTO. Avec son épouse Françoise Ozanne-Rivierre (1941-2007), il avait consacré sa vie aux langues kanak, les langues océaniennes de la Nouvelle-Calédonie.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rencontre avec trois dignitaires de Poya (Nouvelle-Calédonie)


De gauche à droite :  Isabelle Bril, Isabelle Leblic, David Piekut,
Daniel Niandou, René Nekiriai, Jules Nekiriai,
Alexandre Francois, Claire Moyse-Faurie.

 
La Nouvelle-Calédonie, archipel du Pacifique situé à 20 000 km de la France métropolitaine, est depuis près de 40 ans l’un des terrains historiques de recherche du LACITO en Océanie. La diversité socio-culturelle et linguistique de cette région et des populations kanak autochtones qui y vivent a déjà contribué à enrichir nos connaissances sur la famille austronésienne, et notamment le sous-groupe océanien auquel elles appartiennent.
Continuer la lecture

dpiekut

David PIEKUT Linguistique descriptive et typologique PhD Student École Pratique des Hautes Études (EPHE) Paris, Sciences & Lettres (PSL) LACITO-CNRS

More Posts

Les langues à mort

En 1947, Curzio Malaparte a publié Il Sole è cieco ‘Le soleil est aveugle’. Il l’avait publié en livraisons début 1941, dans la revue Tempo, avec trois chapitres censurés ; il n’avait qu’un manuscrit, et il n’a jamais pu retrouver le récit complet. C’est un récit du début de la guerre dans les Alpes, en 40. Les Alpins italiens étaient des gens de montagne, et le récit est ensemencé de répliques en patois piémontais, en bergamasque souvent [1]. Il y a un moment au début, où les Alpins sont en train d’écorcher un mulet. C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais cru qu’on puisse « sauver les langues ».

Les langues ne sont pas des choses. Continuer la lecture

La grammaire et la vie

Un site où je dépose de courts essais sur le langage ou la sémiotique, à destination d’un public normal, m’envoie un message : « X recently added your paper to their mentions ». Dans ces systèmes qui brassent les infos, on ne sait jamais qui a fabriqué le message, et j’ai d’abord pensé à une erreur de grammaire, ou à une de ces phrases qui cherchent à couvrir l’ensemble des situations dans une solution par défaut, comme un correcteur automatique.

Puis je me suis souvenu d’une conversation avec un étudiant qui vivait au Canada et qui m’avait expliqué qu’on disait maintenant « they » pour n’avoir pas à indiquer le sexe d’une personne, au cas où la personne se sentirait blessée qu’on l’ait mise dans une catégorie qu’elle n’a pas choisie. L’idée étant que chacun est le propriétaire de son image. Continuer la lecture