Archives de catégorie : Tibéto-birmanes

Comment éviter d’avoir trop de réverbérations lors d’enregistrements audio

Pour étudier les “petites langues” là où elles sont parlées, on a besoin de divers savoir-faire: techniques d’enquête linguistique, mais aussi le rudiment des techniques d’enregistrement audio et vidéo, et si possible quelques connaissances en botanique, en médecine… en plus d’une certaine expérience du dépaysement culturel, bien sûr. Côté technique, un enregistrement que l’on va passer des semaines et des mois à transcrire et étudier, et qui restera vraisemblablement comme l’une des seules traces de la langue étudiée, mérite bien quelques précautions pour qu’il soit bien audible. En particulier il est préférable d’enregistrer dans un local où il y ait le moins de réverbérations possibles.
Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

“Chercheurs à l’ouvrage” : inauguration d’une nouvelle série d’exposés au centre André-Georges Haudricourt

Cover for Tone in Yongning Na: Lexical tones and morphotonology

Le centre de documentation André-Georges Haudricourt de l’UPS 2259 – Cultures, Langues, Textes a le plaisir de vous inviter au premier exposé de la série “Chercheurs à l’ouvrage”.

Alexis Michaud (LACITO) présentera son livre Tone in Yongning Na: lexical tones and morphotonology (2017, Language Science Press).

 

Mardi 19 septembre
13h15-14h15
Salle de conférence du bâtiment D,
campus CNRS de Villejuif.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Continuer la lecture

Pouponnage et connivences : relations avec les « consultants », « informateurs », « collaborateurs », « profs »…

Pouponnage et connivences

Pouponnage et connivences. Photo: Qin Qing (秦晴), 2012

Ma prof de langue na de Yongning, Mme Latami Dashilame, n’avait jamais quitté son village, sauf pour de rares et courtes visites alentours, jusqu’à ce qu’elle rejoigne en 2010 la ville de Lijiang pour s’occuper d’une de ses petites-filles, qui venait de naître. Provisoirement installé à Lijiang, j’y ai amené ma famille, dont une petite fille du même âge, qui y a gagné une compagne de jeux, et une figure grand-maternelle attentive. Lorsqu’on a la chance de pouvoir séjourner plusieurs mois chez les locuteurs ou dans leur voisinage immédiat, s’installent des relations plus personnelles et approfondies que lors des brèves enquêtes de terrain, dont les impératifs de rapidité peuvent entrer en conflit avec les habitudes et les attentes des collaborateurs (“informateurs”, “locuteurs”, “consultants”) et amis. Et pour qui apprend la langue na (aussi appelée “moso”), les phrases toutes simples adressées aux petits enfants sont merveilleuses de clarté.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Notre collègue et amie Denise Bernot

Bernot_Soutenance4-bsest décédée le 12 mai 2016. Elle est née le 4 février 1922. Diplômée de l’Ecole des Chartes, elle va en 1951 avec son mari Lucien Bernot en Arakan, sur le conseil de Claude Lévi-Strauss, qui les accompagnera tous deux de son amitié constante. De ce séjour et d’autres, Lucien Bernot rapportera la matière de son livre sur Les Paysans arakanais (1967), et ils écrivent ensemble Les Khyang des collines de Chittagong (Plon 1958). Denise en revient avec l’idée qu’il faut étudier le birman, et elle crée cet enseignement en France. Elle sera professeur de birman aux Langues’ O, puis INALCO pendant presque trente ans, de 1960 à sa retraite en 1989. Une grande partie de ses activités est dès lors liée à cet enseignement : le monumental Dictionnaire birman-français (15 vols. 1978-1994) qu’elle dirige, puis le Manuel de birman co-rédigé en 1995. Elle a aussi beaucoup fait pour le secteur birman (et alentour) de la Bibliothèque des Langues’O, actuelle BULAC. Toutefois, outre ses activités birmanes, livresques et humaines, Denise a reçu chez elle dans la petite maison d’Antony (aujourd’hui une sorte d’île parmi les grands immeubles) un nombre étonnant de collègues, étudiants, amis ou semi-inconnus qu’il s’agissait d’épauler, d’aider, d’encourager, de stimuler. Amie et estimée de beaucoup de savants illustres, Denise savait voir aussi bien les grandes choses que les petites. De minuscules détails de lexique ou de grammaire pouvaient la préoccuper, surtout s’il s’agissait de birman ; mais elle n’oubliait jamais, comme beaucoup des caractères issus de la Guerre, d’avoir l’œil sur de plus vastes questions, politiques, philosophiques, sociales ou humaines – qu’elle savait aussi apprécier par les détails.

François Jacquesson et San San Hnin Tun

Chers toutes et tous,
Comme vous le savez, Mme Bernot est décédée le 12 mai, et ses enfants organisent une « cérémonie » (ce n’est pas le mot, mais je ne sais pas le mot juste à employer …) le 5 juin, pour lui rendre le dernier hommage, et ils m’ont confirmé que « tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage le 5 juin seront bienvenus aux 47 ce jour-là. C’est l’invitation officielle, proposée à tous ceux qui souhaitent partager ce moment ». Je vous mets en pièce jointe la copie du faire-part (qu’ils n’ont pas pu envoyer individuellement à tout le monde).
S’il y a d’autres personnes que vous connaissez (dans d’autres départements ou ailleurs), et qui ne s’affichent pas sur cette liste, partagez s’il vous plaît cette information.
Pour les fleurs, ils disent qu’elles ne sont pas indispensables, et ce sont celles de son jardin qu’elle aimait et que nous les aurons tous sous les yeux dimanche prochain.
Amicalement,

San San Hnin Tun

Faire part

Denise Bernot, Langues, Savoirs, Savoir-faire de Birmanie

Alice Vittrant, membre du LACITO jusqu’en décembre 2015, vient juste de consacrer à Denise Bernot un film documentaire (à voir ci-dessous) — lequel sera d’ailleurs très bientôt présenté au Festival du film de chercheur 2016.

Denise Bernot, née le 4 février 1922, ancienne élève de l’École des chartes, fut professeur de birman à l’Institut national des langues et civilisations orientales de 1960 à 1989. Elle y a créé la chaire de birman. Ce film est l’occasion de retracer son itinéraire étonnant et courageux.

Conseillères scientifiques :
Alice Vittrant (Université Aix-Marseille, LACITO/ DDL)
Alexandra De Mersan (Enseignant-chercheur INaLCO – Chercheur au laboratoire CASE)

Réalisatrices :
Ferlita Céline, Leducq Maryline
(c) CNRS, 2015

 

Une séance de travail sur la langue na du Yunnan

Mme Latami Dashilame (présentée ici) n’avait jamais participé à une enquête linguistique avant de commencer à m’enseigner sa langue, le na de Yongning. La familiarité venant, elle a bien volontiers accepté de se prêter au jeu d’enquêtes phonologiques, et d’études phonétiques recourant à des techniques un peu impressionnantes (mais d’une entière innocuité) comme l’électroglottographie, qui permet de mesurer la surface d’accolement des plis vocaux pendant la parole et ainsi d’étudier en détail tons et types phonatoires.

Pose du collier de l’électroglottographe


Pose du collier de l’électroglottographe
— (Photo Qin Qing 秦晴, 2012)

Le costume traditionnel na, qu’elle avait exceptionnellement revêtu ce jour-là pour la visite d’un journaliste curieux de nous voir au travail, comporte une coiffe élaborée incompatible avec le port d’un micro serre-tête. En revanche il se conjugue sans difficulté avec le collier de l’électroglottographe.
Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Recherches tonales sur le tamang

En novembre 2015, Martine Mazaudon et moi-même nous sommes rendues au Népal, dans la vallée de Kathmandu et ses environs, pour effectuer des recherches linguistiques sur le tamang. Cette langue, de la famille tibéto-birmane, est parlée par 1 350 000 locuteurs (Ethnologue, 2011) au centre du Népal.

Les villages Taglung et Risiangku (fléchés sur la carte). Source : Martine Mazaudon (2012), « Paths to tone in the Tamang branch of Tibeto-Birman (Nepal) ».

Le Népal est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique, où se parlent 122 langues différentes (Ethnologue). Elles incluent de nombreuses langues indo-européennes, qui n’ont pas de tons – comme la langue nationale le népali – mais aussi des langues tibéto-birmanes – comme le newar, non-tonal, et le tamang, tonal.

Notre enquête de terrain a été en partie financée par l’opération PPC2 du Labex-EFL: “Approches évolutives de la phonologie: Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes (en diachronie et panchronie)”. Lors de cette enquête, nous avons recueilli:

  • des enregistrements audio-visuels de récits (extraits prochainement mis en ligne dans la Collection Pangloss), racontés par des locuteurs de différents dialectes du tamang, au sujet des tremblements de terre de 2015
  • des enregistrements audio et EGG (électroglottographiques, voir plus bas) de deux locuteurs de tamang du village de Risiangku et cinq locuteurs de tamang du village de Taglung (cf. la carte).

Continuer la lecture

Jiayin Gao

Jiayin Gao est ingénieur de recherches au LACITO. Elle étudie les variations tonales et l'évolution des tons dans les langues sino-tibétaines.

More Posts - Website

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Un des derniers connaisseurs de la langue na de Yongning: Mme Latami Dashilame

Dans sa jeunesse, mon professeur de langue moso (na) de Yongning, Mme Latami Dashilame, a été l’un des acteurs d’un documentaire-fiction au sujet des gens de Yongning et de leur structure familiale inhabituelle (Le mariage ‘A-zhu’ chez les Naxi de Yongning《永宁纳西族的阿注婚》). Plus tard, l’un de ses fils est devenu ethnologue, et de nombreux collègues ont rendu visite à sa mère. Elle a vu la culture des Na de Yongning devenir un objet de curiosité, et sa promotion dans l’industrie touristique, dont elle mesure les bons et les mauvais côtés.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Mission à Yongning (Yunnan, Chine), 2015: les travaux parviennent à maturité!

En juin 2015, je me suis rendu dans le Yunnan (Chine) pour poursuivre l’étude de la langue na de Yongning. Ce travail a commencé en 2006, et commence à parvenir à maturité !

A la suite de cette mission, le dictionnaire a été mis en ligne (en libre accès) sous la forme d’une version na-chinois-français, et d’une version na-chinois-anglais, toutes deux au format PDF. Le fichier-source au format MDF (logiciel : Toolbox) est également mis à disposition en ligne, dans le même dépôt; ainsi qu’une version au format XML qui suit la norme LMF, laquelle est conçue de façon à faciliter les traitements automatisés. Une version en ligne (au format HTML) est en cours de développement.

Ce dictionnaire est élaboré dans le cadre du projet HimalCo, financé par l’Agence Nationale de la Recherche, et coordonné par Guillaume Jacques.

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Le lazé : de l’exploration de terrain à la reconstruction de linguistique historique

Le lazé est une langue parlée dans quelques villages de la préfecture de Muli (province du Sichuan, Chine). Cette langue est signalée, dans un ouvrage d’histoire au sujet du peuple naxi (Guo Dalie 郭大烈 et He Zhiwu 和志武, 1994: 纳西族史 Naxizu Shi [Histoire du peuple naxi]), comme une langue parente du naxi. Le nombre total de ses locuteurs est certainement inférieur à 1 000 et sans doute inférieur à 400.

Quelle est l’histoire de cette « petite langue », et qu’a-t-elle à nous apprendre?

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn