Archives de catégorie : Linguistique générale

La voix des hommes: la province et les bourgeois

Il y a quelques jours, dans le hasard d’une conversation, j’ai employé le mot ‘ostrille’. Je savais bien que le mot n’est pas du français courant et, en effet, l’amie avec qui je parlais a haussé le sourcil. J’ai expliqué que c’était un mot du patois de mon père, qui veut dire « ortie ». Mon amie est allée voir ce qu’elle trouvait sur le web, à propos de ce mot. Elle a trouvé le texte d’un monsieur natif d’un village nommé Gaye, dans le sud du département de la Marne. Elle m’en a parlé, et je lui ai raconté qu’en effet, je connaissais le village, où j’étais allé en vélo quand j’avais dix ou douze ans : il était tout proche du village où était né mon père, Fère-Champenoise.

Ainsi me revenait, grâce à cette amie qui avait fait des recherches, mon enfance, le patois de mon père. Mon père, qui a été instituteur presque toute sa vie dans la Marne, voyait le parler de son village avec amusement, mais il l’employait souvent : avec une sorte de distance amusée qui n’empêchait pas du tout le naturel. Je me rends compte, maintenant, que je sais des dizaines de mots de patois local, grâce à lui. J’emploie ces mots très souvent. Ils sont parfaitement naturels pour moi. Quand je suis venu faire mes études supérieures à Paris, je ne savais pas exactement quels étaient les mots champenois, quels étaient les mots « français ». J’utilisais s’empierger que personne ne comprenait, par exemple. Mais je devinais que reluquer par la beugnotte était incompréhensible pour mes amis parisiens.

Pour moi, il y avait un contraste esthétique, en quelque sorte, entre le fait que le sud de la Marne était à mes yeux une région insipide, et le fait qu’elle avait conservé ces mots qui étaient à elle. Dans mon idée romantique de jeune homme, seules les régions éloignées, montagneuses, spectaculaires, pouvaient avoir un parler propre. Mais je me suis rendu compte que c’était faux. Même des plaines sans âme peuvent avoir leurs mots : l’identité linguistique n’est pas une question d’âme – au sens romantique du terme. Mon expérience de linguiste, plus tard, a confirmé cette idée, et m’a permis de la nuancer de façon intéressante.

Ce soir, je regarde le documentaire exceptionnel réalisé par Julie Gavras, et diffusé sur Arte, qui s’appelle Les bonnes conditions. Julie Gavras a suivi, sur plus d’une dizaine d’années, des jeunes gens qu’elle a d’abord rencontrés quand ils étaient lycéens dans le lycée qu’elle-même a fréquenté avant eux, le lycée Victor Duruy dans le VIIe arrondissement, l’un des plus chic de Paris. On voit donc, et on entend, ces jeunes gens exprimer ce qu’ils ressentent de leur scolarité, de leur parcours, de leur volonté plus ou moins affirmée d’indépendance à travers ce cursus, de leur volonté prudente d’être eux-mêmes. L’émission est remarquable, à la fois par sa rare persévérance, qui dépasse de très loin les faiblesses ordinaires du journalisme pressé, mais aussi par la sincérité des jeunes gens qui parlent, et qui nous instruisent vraiment sur ce que sont les femmes et les hommes d’aujourd’hui – dans une certaine mesure.

Mais ce qui m’a immédiatement saisi quand j’ai commencé de suivre cette passionnante émission, c’est le « son des phrases » : ces jeunes gens « parlaient bourgeois », c’était très sensible : les écouter suffisait. On n’avait même pas besoin de l’image. La tonalité des mots, les liaisons qui venaient naturellement, le phrasé BCBG, tout concordait pour désigner en quelques secondes « la bonne société française ». Mais cette fois, en regardant les images, et les visages et la sincérité transparente de ces discours sans cachotteries, on voyait aussi que ces jeunes gens, finalement assez différents les uns des autres, avaient aussi leurs propres rêves ou leurs propres vocations (souvent, c’est la musique), même s’ils les exprimaient dans le même dialecte – immédiatement reconnaissable à l’oreille francophone.

Ces jeunes gens, qui ont le grand mérite de s’être prêtés à cette expérience alors que beaucoup d’autres auraient vu cela comme une incursion dans leur vie privée, sont des témoins de notre temps ; parmi d’autres. C’est dû, bien sûr, aussi au tact et à l’intelligence de Julie Gavras. Mais pour moi, ce qui est étonnant et utile (ce qui est étonnant est souvent utile), c’est que cette uniformité de dialecte bourgeois n’enlève rien à la singularité des personnes. Et que moi, qui avais oublié à quel point j’avais gardé en moi le patois paternel, je ne suis jamais retourné dans ces régions de mon enfance.

La langue, c’est la vie. La langue, ce n’est pas la vie.

François Jacquesson

Vincennes, le 20 mai 2018.

Un symbole de respect : les langues minoritaires de l’Europe

L’Europe est pleine de langues minoritaires. Il s’agit d’un phénomène fascinant qui a lieu sous nos yeux, linguistiquement exemplaire, politiquement essentiel, et où notre laboratoire devrait avoir une opinion professionnelle.

L’occasion de mon intervention vient du Journal d’Arte de ce soir (10 avril 2018), où un député du Sinn Fein disait ceci – il parlait en anglais, mais son discours étant couvert par la traduction en français, c’est elle que je cite : « C’est une question de respect de l’identité nationale irlandaise. La question de la langue irlandaise est devenue un symbole de respect. »  Continuer la lecture

Les langues à mort

En 1947, Curzio Malaparte a publié Il Sole è cieco ‘Le soleil est aveugle’. Il l’avait publié en livraisons début 1941, dans la revue Tempo, avec trois chapitres censurés ; il n’avait qu’un manuscrit, et il n’a jamais pu retrouver le récit complet. C’est un récit du début de la guerre dans les Alpes, en 40. Les Alpins italiens étaient des gens de montagne, et le récit est ensemencé de répliques en patois piémontais, en bergamasque souvent [1]. Il y a un moment au début, où les Alpins sont en train d’écorcher un mulet. C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais cru qu’on puisse « sauver les langues ».

Les langues ne sont pas des choses. Continuer la lecture

La grammaire et la vie

Un site où je dépose de courts essais sur le langage ou la sémiotique, à destination d’un public normal, m’envoie un message : « X recently added your paper to their mentions ». Dans ces systèmes qui brassent les infos, on ne sait jamais qui a fabriqué le message, et j’ai d’abord pensé à une erreur de grammaire, ou à une de ces phrases qui cherchent à couvrir l’ensemble des situations dans une solution par défaut, comme un correcteur automatique.

Puis je me suis souvenu d’une conversation avec un étudiant qui vivait au Canada et qui m’avait expliqué qu’on disait maintenant « they » pour n’avoir pas à indiquer le sexe d’une personne, au cas où la personne se sentirait blessée qu’on l’ait mise dans une catégorie qu’elle n’a pas choisie. L’idée étant que chacun est le propriétaire de son image. Continuer la lecture

Les voyelles et les oiseaux

Tantôt, par désoeuvrement et par intérêt, je regardais Du mouron pour les petits oiseaux, un film de Marcel Carné (1963), plutôt atypique, avec des dialogues de Jacques Sigurd, d’après un roman (1960) d’Albert Simonin, fils de fleuriste. Jacques Sigurd commença sa carrière de dialoguiste avec Dédé d’Anvers (1948) d’Yves Allegret, et avec une étonnante Simone Signoret. Vers la minute 40 du DVD, le truand Victor (Pierre Duncan), à la recherche de Monsieur Armand (Paul Meurisse) discute, à sa sortie de huit ans de taule, avec la patronne de ‘l’Aquarium’ (Dominique Davray). Elle lui raconte tous les changements.  Continuer la lecture

Mon brain se fatigue quand I switch d’une language à l’autre

Eh oui ! On imagine bien que quand on passe d’une langue à l’autre cela doit représenter une lourde charge cognitive. C’est en tout cas ce que de nombreuses études démontrent.

Mais que se passe-t-il pour les personnes qui vivent dans des communautés bilingues dans lesquelles cette alternance est la façon neutre, ordinaire, de communiquer ?

C’est ce que nous avons voulu tester en étudiant ce que font les Roms de Thrace (Grèce), des multilingues virtuoses, qui outre le grec parlent quotidiennement le romani et le turc depuis plusieurs siècles. Continuer la lecture

Evangelia Adamou

Je suis chercheure au CNRS, rattachée au LACITO depuis 2005. Mes travaux portent sur les langues minoritaires parlées en Grèce et au Mexique.

More Posts - Website

“Chercheurs à l’ouvrage” : inauguration d’une nouvelle série d’exposés au centre André-Georges Haudricourt

Cover for Tone in Yongning Na: Lexical tones and morphotonology

Le centre de documentation André-Georges Haudricourt de l’UPS 2259 – Cultures, Langues, Textes a le plaisir de vous inviter au premier exposé de la série “Chercheurs à l’ouvrage”.

Alexis Michaud (LACITO) présentera son livre Tone in Yongning Na: lexical tones and morphotonology (2017, Language Science Press).

 

Mardi 19 septembre
13h15-14h15
Salle de conférence du bâtiment D,
campus CNRS de Villejuif.

Continuer la lecture

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lancement de notre école d’été FieldLing

Du lundi 4 au vendredi 8 septembre, aura lieu l’école d’été FieldLingInternational School in Linguistic Fieldwork”, que le LACITO organise avec nos partenaires du LLACAN et du SEDYL.  Ce sera l’occasion, pour les doctorants en linguistique de France ou d’ailleurs, d’explorer les questions de méthodologie et de théorie autour de la linguistique de terrain, et de l’étude de la diversité des langues.

Retrouvez ici le programme des cours et interventions.
Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Éléphants, ouvre-boîtes et sarcophages

Le chercheur doit écrire des choses originales : zéro copié-collé. C’est le champion de l’innovation. Mais personne n’écrit de texte totalement nouveau : ce serait incompréhensible. Sauf Hugo Ball écrivant Elephantenkarawane [1].

Dans ce que nous écrivons, qu’il s’agisse d’une liste de courses ou de votre dernier article génial, la nouveauté est la chose la plus difficile à repérer. On voit des 4e de couverture qui ressemblent à des affiches de cinéma, et vantent deux choses : c’est facile à lire et c’est super original. Personne n’a jamais dit ça avant, c’est ground-breaking, ouvre des horizons, repousse les frontières, et c’est aussi facile à utiliser qu’un ouvre-boîte. C’est l’emphase du marchand sur le champ de foire, oui, mais ces excès ne sont pas indifférents : ils montrent que la nouveauté est difficile à cerner. Continuer la lecture

La langue bat où la dent fait mal : publicité

Maintenant que le CNRS nous appelle à nous allier au Grand Capital, et même au Moyen, soit en déposant des brevets, soit en valorisant nos produits, et nous fait un discours sur la valeur ajoutée, je n’ai plus honte : je vais faire de la publicité.

Je voudrais dire du bien d’un petit livre magnifique, où il est question de linguistique, de la meilleure façon du monde : avec science et élégance, profondeur et légèreté. Il s’agit des conversations entre Tullio de Mauro et Andrea Camilleri publiées sous le titre de La Langue bat où la dent fait mal.

Continuer la lecture

Fémilin et mascunin

Comme parfois, je vais aborder en tremblant un sujet « de société » ; mais c’est une histoire qui finit bien. Je l’aborde à cause de son aspect linguistique évidemment, et aussi à cause d’un fait d’actualité. Il serait d’ailleurs intéressant de classer les « faits de langue » selon qu’ils sont plus ou moins sociaux, de 10 à 1. Cela peut dépendre de la sensibilité à ce qui est social, des époques, et bien sûr des langues. En réalité, tout ce qui change, dans une langue, doit être social, puisque ce sont les locuteurs qui changent la langue. On pourrait alors a contrario sonder deux hypothèses.

Continuer la lecture

Exposé de Gao Jiayin et Martine Mazaudon

Dans le cadre de l’Atelier de Phonologie

Gao Jiayin et Martine Mazaudon

présentent un exposé mercredi 7 juin à 10h,
à l’université Paris 8 à St Denis, salle D143
(plan d’accès)

Titre : Tons et traits pertinents : perspective diachronique

Dans de nombreuses langues où existe une interaction entre un ton bas et le voisement d’une consonne initiale, les phonologues trouvent difficile de postuler une forme « sous-jacente » et une forme « de surface » : est-ce le voisement qui conditionne le ton ou vice-versa ? Bradshaw (1999) propose un trait [L/voisé] pour rendre compte des réalisations d’une catégorie phonologique unique. Cette proposition est largement basée sur des processus (morpho-) phonologiques synchroniques, qui sont très riches dans les langues tonales d’Afrique.

Continuer la lecture

L’anglais

Pour Boyd

J’aime la langue anglaise depuis longtemps, et de plus en plus à mesure que je la connais mieux. C’est un peu désagréable de commencer de façon apparemment aussi personnelle, mais il n’y a pas d’autre moyen : entre une langue et soi, le rapport n’est pas généralisable. Car une langue est double, elle est une façon qu’on a de s’exprimer (cette façon change avec l’expérience, les lectures, les contextes où on la parle) et là c’est personnel, rien à faire ; puis elle est à tout le monde, tous ses locuteurs, même les pauvres, les provinciaux et les vaincus comme dans le dernier film de Ken Loach où le héros de l’histoire, Daniel Blake, il a quand même un drôle d’accent. Mais c’est vrai que les langues, ce sont des accents. Moi qui en ai un dans toutes les langues, je suis d’accord. Mes amis s’esclaffent quand je dis « tu veux des pâtes », à cause ce /ɑ/ champenois invraisemblable !

Continuer la lecture

Nous sommes des stars, des stars en commun

Mes chers collègues, et cher public extérieur à la profession, voici encore un billet caustique. Caustique et gentil, vous allez voir. Comme les collègues le savent, nous devons pour chaque déplacement hors du bureau examiner une liste de « pays à risques », pour voir si notre destination s’y trouve. Elle s’y trouve souvent, parce que par profession nous allons où les gens ne vont pas d’habitude, et il existe une collusion entre ce qu’on ne connaît pas et ce qui fait peur. Nous sommes, par profession et parfois par vocation, des gens qui prenons des risques – non pas par provocation ou par forfanterie, mais parce que nous allons explorer ce qu’on ne connaît pas bien. C’est notre métier. Ce n’est pas propre à la linguistique ou à l’anthropologie ; les spéléologues ou les vulcanologues, par exemple, en font autant. Leur propos est différent bien entendu.

Si nous allons dans un « pays à risques », et que le service concerné donne son accord, en fonction de critères qu’il n’est pas tenu de formuler, nous recevons une liste de conseils ou d’injonctions. Parmi lesquels il y a la défense de prendre les transports en commun.

Continuer la lecture

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter