Archives par étiquette : 40 ans du LACITO

Exposition photos du LACITO à la Maison de la Recherche

Vous vous souvenez sans doute de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LACITO”, présentée en novembre dernier sur le campus CNRS de Villejuif, à l’occasion du quarantenaire de notre laboratoire. Elle avait été préparée par Isabelle Leblic, avec l’aide d’Emmanuelle Laurent et de Fabrice Jejcic du Club Photo du CAES.

La direction du LACITO a souhaité que ces photographies connaissent une seconde vie. Ce sera le cas au cours des prochains mois, puisqu’elles seront désormais exposées à la Maison de la Recherche de l’université Paris III Sorbonne nouvelle, un bel édifice en plein Quartier Latin. Voilà une excellente nouvelle pour la visibilité de la linguistique de terrain auprès d’un public divers composé de personnels administratifs, enseignants, chercheurs, étudiants, de divers horizons. Nous remercions particulièrement M. Laurent Creton, directeur de la Maison de la Recherche, qui a permis la réalisation de ce projet ; ainsi que M. Patrice Roland, pour son aide précieuse dans l’organisation de cet événement.

Cette exposition inclut quarante photographies de terrain réalisées, sur les cinq continents, par les membres du LACITO d’hier et d’aujourd’hui : Evangelia Adamou, Laurent Fontaine, Alexandre François, François Jacquesson, Emmanuelle Laurent, Isabelle Leblic, Cécile Leguy, Bertrand Masquelier, Alexis Michaud, Claire Moyse, Samia Naïm, Catherine Paris, Vladimir Randa, Lameen Souag et Jacqueline Thomas.

Vous êtes tous conviés au vernissage, qui aura lieu la semaine prochaine :

Mardi 25 avril 2017
16h30 – 19h30
à la Maison de la Recherche
(hall principal)
4 rue des Irlandais – 75005 Paris  
RER Luxembourg​ ~ M° Cardinal Lemoine

L’exposition sera inaugurée par :

  • M. Laurent Cretondirecteur de la Maison de la Recherche,
    Président du Conseil Académique de Paris III
    Vice-Président de la Commission de la Recherche
  • Alexandre Françoislinguiste, directeur du LACITO
  • Isabelle Leblicanthropologue, créatrice de l’exposition et de son catalogue

En avant-première, vous pouvez télécharger le catalogue de l’exposition.
Nous vous proposerons une sélection de petits films présentant le travail du LACITO.
Des boissons et amuse-gueules seront servis.  Venez nombreux !

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le colloque du Quarantenaire – Galerie

Notre colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO” s’est déroulé sur notre campus CNRS, du 15 au 17 novembre 2016.

Ces trois journées, à la fois studieuses et festives, nous ont donné l’occasion de renouer avec les membres historiques de notre laboratoire, mais aussi de présenter les recherches en cours au LaCiTO, autant du côté des anthropologues que des linguistes.

(Photos: A. François; I. Leblic; A. Marion; L. Souag;
rassemblées avec l’aide d’A. Behaghel
)

 

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Colloque international “Du terrain à la théorie: Les 40 ans du LaCiTO”

Dans le cadre de la célébration de son Quarantenaire, le LaCiTO vous convie tous au colloque international “Du terrain à la théorie — From field to theory”.  Ce colloque aura lieu les 15, 16, 17 novembre 2016, au campus CNRS de Villejuif (plan d’accès).

invitation_colloque_15-16-17nov_lacito-40_brightCette manifestation scientifique se déroulera sur trois journées thématiques, inaugurées par nos trois invités internationaux  (voyez leurs portraits ici) :

  • 15 nov:     Anthropologie linguistique et ethnolinguistique
    Invité:   Prof. Jan Blommaert   (Tilburg Univ., Pays-Bas)
  • 16 nov:     Comparatisme historique et typologique
    Invitée: Prof. Juliette Blevins     (City Univ. of New York)
  • 17 nov:     Description des langues
    Invitée: Assoc Prof Åshild Næss    (Univ. Oslo, Norvège)

Le colloque dans son ensemble sera inauguré mardi à 9h45 par M. Patrick Mounaud, Délégué Régional du CNRS — puis par la direction du LaCiTO, et par le Comité d’organisation.

Je vous invite à découvrir ici le riche programme de ces journées, qui compteront 31 exposés, pour un total de 40 intervenants – quarante intervenants, pour les quarante ans du LaCiTO.

Le colloque sera ouvert à tous, et l’entrée libre.

Si vous nous signalez dès maintenant votre intention de venir (en écrivant à lacitocnrs@gmail.com), votre entrée sur le campus en sera facilitée.

affiche_40-photos-40-ans_lacitoEnfin, nous vous convions également à l’inauguration de l’exposition “40 photos pour les 40 ans du LaCiTO qui ouvrira à la fin de la première journée, le mardi 15 novembre à partir de 18h, sur notre campus. Cette inauguration sera suivie d’un buffet dînatoire, ouvert à tous.

Venez nombreux célébrer avec nous la diversité des cultures et des langues !


Vous pouvez télécharger:

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouvelle publication en ethnomusicologie

Présentation de l’ouvrage ci-dessous (sous presse collection PCI/L’Harmattan) :

Le chant traditionnel, question de sens et de style : interdisciplinarité ethnomusicologique et ethnolinguistique. (Despringre, Dir.)

Il aura fallu la patience et l’énergie d’André-Marie Despringre, ethnomusicologue au Lacito-CNRS, Directeur d’études à l’Ecole Doctorale de Paris IV-Sorbonne, accompagné un moment de Sylvie Mougin, ethnolinguiste, Maître de Conférences en Linguistique française à l’Université de Reims, tous deux chercheurs au Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale du CNRS (UMR-7-107), pour rassembler un ensemble de recherches qui dépassent dans leur ensemble le stade historiciste convenu des folkloristes, spécialistes de la chanson traditionnelle. Les auteurs présentent dans cet ouvrage des méthodes rigoureuses de description et d’interprétation qui sont susceptibles de définir au mieux le sens et le style collectifs  de quelques répertoires de chansons traditionnelles de Vendée, de France et d’ailleurs.

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Juliette Blevins, invitée du LaCiTO

En octobre et novembre 2016, le LaCiTO a l’honneur de recevoir Prof. Juliette Blevins.

Blevins_LACITOLongtemps affiliée au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, Juliette Blevins est aujourd’hui Professeur de linguistique au Graduate Center de la City University of New York (CUNY). Prof. Blevins est spécialiste de théorie et typologie des systèmes phonologiques, appréhendés dans une perspective panchronique – alliant synchronie et diachronie.

Sa présence parmi nous s’effectue dans le cadre de la Chaire Internationale du Labex Empirical Foundations of Linguistics (EFL). C‘est la première titulaire de cette chaire qui soit invitée par le LaCiTO.

Continuer la lecture

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu’il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Cahiers du LACITO sont en ligne !

Avant-propos de la revue (voir présentation ici)

   « […]  La Revue d’Ethnolinguistique (Cahiers du Lacito) répond au besoin d’exprimer en un lieu privilégié les conceptions d’une discipline récente au carrefour des domaines classiques de la linguistique, de l’ethnologie et des sciences naturelles.

     Les civilisations de l’oralité sont par définition sans histoire écrite ; elles sont souvent même restées inconnues jusqu’à nos jours. La recherche qui s’y est attachée s’inscrit donc dans une perspective très vaste, allant de la première description des faits jusqu’à l’élaboration théorique, sans pouvoir fonder la réflexion sur une profondeur temporelle ni, dans la plupart des cas, se référer aux travaux des prédécesseurs. Aux instants exaltants, mais fugitifs, de la découverte succèdent les longues, précises et parfois fastidieuses tâches descriptives, avant de pouvoir aborder, avec toute la rigueur indispensable, élaboration et synthèse.

     Considérant le phénomène social dans sa globalité, nous en privilégions cependant certaines approches, plus particulièrement la dimension linguistique et celle de l’environnement naturel et humain du groupe envisagé, dans leurs perspectives synchronique et diachronique.

cahiers spirale

Continuer la lecture

Le monde animal des Gbáyá ɓòdòè

Les Gbáyá ɓòdòè font partie de l’ethnie gbaya kara et forment un groupe homogène d’environ 5000 personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République centrafricaine. Culture de tradition orale, ce peuple valorise énormément l’art de manier le verbe.

Les Gbáyá ɓòdòè organisent le monde animal en deux grands groupes :

  • les gibiers ou vertébrés (« sàdi »)
  • les insectes ou invertébrés (« kôkôdo-mb »)

Continuer la lecture

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline MC Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Petite ode au LACITO

Un laboratoire du CNRS peut-il être un terrain ?

Le Lacito le fut pour moi, entrée le 15 octobre 1974 sans formation préalable au domaine requis dans une équipe devenue Groupe puis Laboratoire. Sans formation et sans concours. Je crois bien que c’était la dernière année où l’on a pu recruter de la sorte quelqu’un qui avait juste le profil du poste à pourvoir parce qu’il était BAC + 4.

‑ Avec votre diplôme des Métiers d’Art, vous allez peut-être vous sentir à l’étroit dans un travail de secrétariat et de gestion. L’« entretien d’embauche » fut bref. J’allais acquérir les qualifications sur le tas. J’en avais, semblait-il, les compétences.

La richesse de la recherche, je m’en suis nourrie peu à peu, au contact des récits de terrain que les chercheurs échangeaient entre eux ou lors des demandes de mission qui transitaient par mes soins. J’appris que le monde était habité de « familles de langues », que les langues étaient tout aussi fragiles que les peuples qui les parlaient, qu’il fallait établir des dictionnaires pour les sauver et les rendre transmissibles. Ce patrimoine-là n’était pas conservé dans les musées. Les langues n’étaient pas des objets à l’abri de vitrines.

Des études d’art à l’anthropologie, l’éventail d’une plus grande sensibilité s’est largement déployé pour moi. Sans ce passage de huit années au Lacito, je n’aurais sans doute pas abordé les richesses humaines de tant d’autres civilisations. Le Lacito fut un « terrain » de vie plus ample. Un précieux terrain.

maitevienne

C’est dans les Hauts de Seine que je vis, anime des ateliers d’écriture et accompagne de jeunes écrivains dans leur projet d’édition.
La poésie est mon champ d’investigation et d’expression majeur: deux ouvrages ont récemment vu le jour.
Voir mon site web: http://www.maite-vienne-villacampa.fr

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :

Les 40 ans du LACITO : Appel à communications – Call for papers

En 2016, notre laboratoire LACITO « Langues et civilisations à tradition orale » célèbre ses 40 ans d’existence. C’est là l’occasion de nous retrouver lors d’un colloque international et d’échanger avec des collègues d’horizons variés.

Colloque international 
Du terrain à la théorie : Les 40 ans du LACITO

15-17 novembre 2016

Voici notre appel à communications : LACITO-40ans Appel à communications (Fr)

~ ~ ~

Note:  Deadline for submissions extended to 3 July 2016.

In 2016, our department LACITO “Langues et civilisations à tradition orale” is celebrating its 40th anniversary. We are marking the occasion with a conference bringing together colleagues from throughout the discipline.

International conference
From field to theory : 40 years of LACITO

15-17 November 2016

Download our Call for papers:  LACITO-40years: Call for papers (Eng)

Simha Arom, l’Africain

Ethnomusicologue de renommée mondiale, musicien et directeur de Recherche émérite au sein de l’unité Langues – Musiques – Sociétés (UMR 8099) du CNRS, Simha Arom a passé cinquante ans à recueillir, étudier et décrypter les mécanismes des musiques traditionnelles, notamment les magnifiques polyphonies des Pygmées Aka de la République Centrafricaine.

« Je pense que dans ce métier étrange qui s’appelle l’ethnomusicologie, le cœur du travail consiste à collecter les musiques de l’oralité avant qu’elles ne disparaissent, puis à les décrire, comme un linguiste le ferait d’une langue qu’il découvre. » Simha Arom

Jérôme Blumberg filme le travail de Simha Arom depuis 1990. Ci-dessous un extrait de son documentaire, « Simha Arom : itinéraire d’un ethnomusicologue »

Réalisation : Jérôme Blumberg
Production : Le Miroir/CNRS Images