Archives par étiquette : ethnolinguistique

Langage et Société : Un dialogue entre Paris et Chicago

Journées d’étude organisées par Michael Silverstein (U. de Chicago), Cécile Canut (U. Paris Descartes-Cerlis), James Costa (Sorbonne Nouvelle-Lacito), Isabelle Léglise (CNRS-SeDyL).

Date : 12–13–14 juin 2017

Lieu : University of Chicago Center in Paris, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Recomposition of urban landscape – Routes 1A –
Crédits photo : Sachiyo Nishimura   www.snishimura.com

Chicago et Paris ont été, historiquement, deux grands centres de réflexion et de diffusion de nouvelles théories et idées en sciences sociales — et notamment en linguistique, sociolinguistique et anthropologie linguistique. C’est en partant de ce constat que, à l’occasion des 40 ans de la revue de sociolinguistique Langage & Société (dont le numéro anniversaire vient de paraître), Michael Silverstein, anthropologue linguiste à l’Université de Chicago, m’a initialement proposé de réunir des anthropologues, linguistes et sociolinguistes de Paris et Chicago. Le but était d’échanger autour de la manière dont avait évolué la réflexion sur le langage en société ces quarante dernières années dans nos deux centres.

Ces premiers échanges se matérialiseront les 12-13-14 juin prochains à l’occasion d’une rencontre entre six anthropologues et linguistes de l’Université de Chicago, et six sociolinguistes et anthropologues de diverses institutions et laboratoires parisiens, dont le Lacito, le SeDyl et le Cerlis.

Continuer la lecture

Pour une Anthropologie du Chant : l’interdisciplinarité comme moyen de modéliser le chant traditionnel envisagé comme système complexe

L’approche ethnologique de la musique n’a pas commencé avec la création du terme d’ethnomusicologie en 1950, les références à des termes ou motifs musicaux ethniques datent au moins de l’époque Rousseauiste du XVIIIe siècle. La science ethnomusicologique, issue des sciences humaines et sociales ne date cependant que de la fin du XXes. A cette époque, cette dénomination supplantait enfin l’expression germanique issue de l’esthétique formelle de la Musikalische Tonsysteme (HORNBOSTEL Musicologie comparative).

La difficulté à couvrir le sens de ce domaine musical, par un terme unique, en y incluant le contexte social, le « populaire » s’est révélée par la suite dans les pratiques des uns et des autres qui penchaient soit vers l’étude du contexte sociétal, soit vers celui de l’analyse musicale parfois vers les deux. Elle révèle assurément la complexité du phénomène et la réelle difficulté à situer la recherche sur les pratiques musicales entre l’affectif, qui est essentiel, et le rationnel qui l’est tout autant. Cet état de fait m’a conduit à encourager des angles d’approches complémentaires, en fonction de la disponibilité et de la bonne volonté des chercheurs en présence, afin de mieux comprendre plutôt que d’expliquer un chant traditionnel pour le moins mystérieux.

Pour évaluer le parcours que j’ai personnellement effectué depuis trente ans, je propose une très brêve introduction des lignes des méthodes issues des recherches folkloristiques et ethnomusicologiques, –– qui ont eu le domaine francophone pour objet ––, afin de présenter prioritairement la stratégie musicolinguistique que j’ai développée au LACITO (depuis 1987 jusqu’en 2005) puis en Guyane jusqu’en 2010, elle a été poursuivie ensuite à l’OPCI).

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Le LaCiTO à l’honneur sur le blog des Éditions Assimil

Les Éditions Assimil sont bien connues de nos lecteurs, qui ont sans doute mis à profit leurs célèbres méthodes pour s’initier à de nouvelles langues. Un point fort de la “méthode Assimil” – depuis sa création en 1929 par Alphonse Chérel – est d’avoir toujours mis en avant, pour apprendre les langues, la conversation spontanée et l’expression naturelle. Ce principe est parfois oublié des grammaires ou des articles de linguistique que nous lisons, alors qu’il mériterait, à mon sens, de nourrir nos travaux de description.

logo-assimilLe directeur du marketing des Éditions Assimil, Nicolas Ragonneau, s’intéresse à notre travail de description et de documentation des langues. Il y a deux ans, sur son blog (http://blog.assimil.com/), il avait ainsi interviewé notre collègue Nicolas Tournadre à l’occasion de la sortie de son ouvrage Le Prisme des Langues. Aujourd’hui, il a voulu faire connaître à ses lecteurs, férus de langues et de linguistique, le travail que nous menons au sein du LaCiTO. J’ai ainsi eu le plaisir de lui accorder un entretien, à l’occasion de notre Quarantenaire, afin de mieux faire connaître les recherches que nous menons dans notre laboratoire. Extrait:

“Bon nombre des langues que nous étudions sont des langues en danger, menacées d’extinction face aux grandes langues coloniales ou nationales (anglais, français, espagnol, russe, chinois…) qui s’imposent localement dans les médias ou les écoles. S’il existe depuis des siècles, le processus de mondialisation économique et culturel s’est particulièrement accéléré au cours des dernières décennies, rendant d’autant plus urgent le travail de documentation des nombreuses langues de la planète, avant qu’elles ne s’éteignent tout à fait. Sur les 7000 langues encore parlées aujourd’hui dans le monde, on estime que la moitié pourrait disparaître dans le prochain siècle : pour les chercheurs du LaCiTO et leurs collègues internationaux, c’est une tâche immense que de préserver la mémoire de cette diversité en péril.”

Si vous voulez lire le reste de cette entrevue :

http://blog.assimil.com/les-40-ans-du-lacito-entretien-avec-alexandre-francois/

Alexandre François

Linguiste au CNRS, Alexandre François étudie les langues et cultures du Pacifique. Il appartient depuis 2002 au laboratoire LACITO (“Langues et Civilisations à Tradition Orale”), qu'il dirige depuis 2015.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouvelle publication en ethnomusicologie

Présentation de l’ouvrage ci-dessous (sous presse collection PCI/L’Harmattan) :

Le chant traditionnel, question de sens et de style : interdisciplinarité ethnomusicologique et ethnolinguistique. (Despringre, Dir.)

Il aura fallu la patience et l’énergie d’André-Marie Despringre, ethnomusicologue au Lacito-CNRS, Directeur d’études à l’Ecole Doctorale de Paris IV-Sorbonne, accompagné un moment de Sylvie Mougin, ethnolinguiste, Maître de Conférences en Linguistique française à l’Université de Reims, tous deux chercheurs au Laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition Orale du CNRS (UMR-7-107), pour rassembler un ensemble de recherches qui dépassent dans leur ensemble le stade historiciste convenu des folkloristes, spécialistes de la chanson traditionnelle. Les auteurs présentent dans cet ouvrage des méthodes rigoureuses de description et d’interprétation qui sont susceptibles de définir au mieux le sens et le style collectifs  de quelques répertoires de chansons traditionnelles de Vendée, de France et d’ailleurs.

Continuer la lecture

amdespringre

cf. blog : viedespring

More Posts - Website

Le monde animal des Gbáyá ɓòdòè

Les Gbáyá ɓòdòè font partie de l’ethnie gbaya kara et forment un groupe homogène d’environ 5000 personnes réparties en une quarantaine de villages au sud-ouest de Bouar, en République centrafricaine. Culture de tradition orale, ce peuple valorise énormément l’art de manier le verbe.

Les Gbáyá ɓòdòè organisent le monde animal en deux grands groupes :

  • les gibiers ou vertébrés (« sàdi »)
  • les insectes ou invertébrés (« kôkôdo-mb »)

Continuer la lecture

Chasse en pays aka

En 1987, le LACITO organisa une exposition intitulée « Nommer son milieu naturel » lors du salon « Expolangues », porte de Versailles. Jacqueline MC Thomas, fondatrice du LACITO (1976) et spécialiste des langues africaines, proposa une incursion dans l’art d’imiter les animaux des chasseurs pygmées aka de Centrafrique.

Lorsqu’ils partent chasser, les Pygmées Aka imitent les cris des animaux qu’ils souhaitent attirer comme :

-l’éléphant : dans le troupeau au repos, des bruits de feuillages arrachés, des soufflements, des piétinements, de petits cris, des bruissements d’oreilles et de queues…
-le céphalophe à bande dorsale noire : L’animal dans les buissons, son cri d’inquiétude et d’appel…
-la vieille panthère : elle n’est plus apte à attraper du gibier et n’hésite pas à se rabattre sur une proie plus facile, jeune enfant imprudemment isolé, femmes à la collecte, chasseur solitaire…
Et aussi :
le vieux gorille, le céphalophe à dos jaune, le crocodile de forêt, le calao à cuisses blanches, le chimpanzé, le potamochère, la nandinie, la mangouste noire des marais, le coucal huppé, le râle à pattes rouges et la pintade huppée.

 Cliquer sur l’image ci-dessous pour entendre des imitations d’animaux :

© Jacqueline M.C. Thomas (CNRS-LACITO, 1987)

 

 

Ethnomusicologie au LACITO

Au début des années 1980, grâce aux progrès technologiques et à de nouvelles méthodes d’investigation, le Département Ethnomusicologie du LACITO, créé en 1981 par Jacqueline  MC Thomas, fait faire un bond en avant à la discipline.

En effet, l’ethnomusicologue Simha Arom met au point la méthode de l’enregistrement en re-recording ou playback qui, appliquée à la rythmique des musiques traditionnelles d’Afrique centrale, permit au chercheur de transcrire et d’analyser des polyphonies et polyrythmies instrumentales et vocales complexes. Les musiques subsahariennes sont fondamentalement constituées de variations à partir de motifs mélodiques se répétant de manière régulière. Ce sont des chants à une ou plusieurs voix qui se croisent ou se superposent sur un tempo donné (accompagnement polyrythmique de percussions et d’instruments mélodiques) où chaque ligne mélodique peut se développer indépendamment des autres.

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Simha Arom sur le terrain © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

Playback © Simha Arom, 1983

L’enregistrement en re-recording est une technique qui permet d’isoler les voix d’une polyphonie sans perdre son mode d’imbrication, donnant ainsi la possibilité d’étudier plus aisément les composantes de cette forme musicale.

Comment ça marche ? Les diverses voix ne sont pas enregistrées simultanément mais successivement, chaque chanteur entendant à l’aide d’un casque la ou les parties du ou des chanteurs qui l’ont précédé. Ainsi, chaque voix de la polyphonie se trouve consignée sur une piste séparée d’une bande magnétique (voir ici cette technique dans le détail). Cette technique ouvrit la voie à l’utilisation de l’enregistrement en multipistes (Fabrice Marandola, 1999).

Simha Arom s’est consacré, entre autres, à l’étude approfondie des chants polyphoniques pygmées qu’il a pu modéliser. Les chants pygmées constituent, très certainement, un des patrimoines musicaux les plus fascinants au monde. Ce peuple chante de façon extrêmement émouvante un vaste répertoire étroitement lié aux activités quotidiennes : moments graves ou sérieux, tristes ou gais, moments de réjouissance, moments d’intense labeur… Cette musique vocale et collective se pratique sans chef ni partition et se transmet de génération en génération. D’après Simha Arom, cette musique « est tout à fait comparable, aussi bien par la complexité rythmique que par les règles qui régissent la polyphonie, à certaines formes savantes qui avaient cours en Europe entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle »[1]. Les archives sonores de Simha Arom ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.

[1] Cité dans « Les dernières Tribus ». Chapitre consacré aux Pygmées Aka (Michel de Pracontal) Sous la direction de J.F. Held. Flammarion/L’Événement du Jeudi, 1988.

casqueExtrait sonore enregistré par Simha Arom : « Hindehu » par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet.

 

videoVidéo par Jeanie Heckman : « Les chants polyphoniques des Pygmées Aka de Centrafrique ».


Pour en savoir plus :